Règlement dans la confection de vêtements pour hommes

Montréal, le 11 janvier 2002 – Les quelque 3 200 membres du Syndicat du vêtement, du textile et autres industries (SVTI-FTQ) oeuvrant dans une trentaine d’ateliers de confection de vêtements pour hommes à Montréal et dans la région ont entériné une convention collective de quatre ans. Le retour au travail s’est effectué au fur et à mesure de la ratification de l’entente de principe dans chacun des ateliers, le dernier vote ayant eu lieu ce matin à l’atelier Golden Brand.

« La FTQ a apporté tout son appui à cette lutte de petits salariés, dont une importante proportion d’immigrants, pour des conditions de travail et de salaires décentes dans une industrie difficile. Le règlement de 75 cents l’heure sur quatre ans n’est certainement pas le pactole mais il s’agit d’un gain par rapport à la proposition patronale de 45 cents l’heure sur trois ans », a déclaré aujourd’hui M. René Roy, secrétaire général de la FTQ.

« La négociation n’a pas été facile car il a fallu y aller atelier par atelier, dans l’île de Montréal, à Sainte-Thérèse, et Saint-Césaire, devant le manque de volonté de négocier de l’Association des employeurs. Mais la solidarité de nos membres sur les piquets de grève depuis le 14 décembre a grandement aidé à faire débloquer cette négociation qui, en plus des gains salariaux, a permis d’améliorer la clause sur les vacances », a indiqué pour sa part M. John Alleruzzo, vice-président de la FTQ et directeur canadien du SVTI.

Rappelons que ces salariés étaient sans contrat de travail depuis le 30 novembre 2001 et que les plus grandes compagnies touchées par l’arrêt de travail étaient Jack Victor, Golden Brand, Samuelsohn, Empire et Ballin.

Le SVTI, le plus grand syndicat dans le secteur, représente plus de 11 000 membres au Québec. La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.