Réaction de la FTQ au budget Landry : Un bon budget, meilleur que le récent budget fédéral

Montréal, 14 mars 2000 – Le président de la FTQ, M. Henri Massé, et le secrétaire général, M. René Roy, ont émis la déclaration suivante en réaction au budget du ministre des Finances du Québec, M. Bernard Landry :

« Le ministre Bernard Landry nous a concocté un bon budget, certainement mieux ciblé que le récent budget fédéral, a fait savoir le président de la FTQ, M. Henri Massé. Il s’agit d’un juste retour des choses pour l’ensemble des contribuables qui ont fait de nombreux sacrifices durant les dernières années, avec l’objectif du déficit zéro, les augmentations d’impôts et de taxes ainsi que la réduction des services. »

M. Massé fait remarquer que l’importante baisse d’impôt de 4,5 milliards $ sur trois ans favorise particulièrement les petits salariés, la classe moyenne et les familles et va contribuer à améliorer leur pouvoir d’achat. Il salue l’indexation du régime fiscal, telle que réclamée par la FTQ.

Santé et éducation
La FTQ applaudit aux investissements majeurs dans la santé, tel que la centrale le préconisait en priorité. « Dans l’ensemble, il s’agit d’une bonne décision mais nous trouvons insuffisants les 200 millions M $ pour le développement de nouveaux services, la réduction des listes d’attente et l’amélioration de l’accessibilité. Cette somme non récurrente ne représente que 1,4 % de l’enveloppe de la santé pour un an, ce qui est finalement assez peu », note le président de la FTQ.

Par ailleurs, la FTQ salue l’engagement pris au Sommet du Québec et de la jeunesse d’investir 1 milliard de dollars dans l’éducation.

Infrastructures et emplois
Pour sa part, le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy, se réjouit du fonds de 290 millions $ consacré au développement des infrastructures, un dossier cher à la centrale. « Si le fédéral en avait mis autant, l’effet serait multiplié pour la création d’emplois.

« Il s’agit d’investissements productifs qui rapporteront économiquement beaucoup aux prochaines générations et qui contribueront au bon fonctionnement des industries et des commerces. Les effets de tels programmes sont reconnus sur la croissance économique et la création d’emplois. Sans parler de la qualité de l’environnement et de la qualité de vie en général. »

De plus, M. Roy accueille favorablement les mesures de soutien au développement économique des régions où le taux de chômage est élevé.

Plus de stages étudiants
La FTQ se réjouit de la décision de Québec d’investir une somme de 10 millions $, ajoutés à une contribution équivalente de son Fonds de solidarité, dès cette année, pour financer un plus grand nombre de stages pour les étudiants.

Un bémol
Toutefois, la FTQ souligne le manque de transparence du processus de consultation pré-budgétaire, faisant allusion à la réserve cachée de 840 millions $ du gouvernement. « J’espère qu’à l’avenir le gouvernement nous fera connaître sa véritable marge de manœuvre quand il nous demandera notre avis sur différents scénarios budgétaires », a conclu le président Henri Massé.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente près d’un demi-million de membres.