Rassemblement du Front commun à l'occasion du congrès du Parti libéral

Rassemblement du Front commun à l'occasion du Parti libéral

Les membres du Parti libéral du Québec se réuniront en congrès les 13 et 14 juin prochains à Montréal. Le Front commun saisira cette occasion pour organiser un rassemblement afin d’interpeller les membres du parti quant aux enjeux de l’actuelle négociation du secteur public. Sur le thème Avec nous pour faire avancer le Québec, le rassemblement aura lieu à la place Jean-Paul-Riopelle à Montréal, devant le Palais des congrès, le 14 juin dès 10 h 30.

« Comme tous les citoyens et citoyennes du Québec, les membres du Parti libéral bénéficient chaque jour de nos services publics, indique le président de la FTQ, Daniel Boyer. Plusieurs d’entre eux, ainsi que des membres de leur famille y travaillent. Nous devons les sensibiliser sur le gel salarial proposé par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, et les reculs majeurs exigés sur le régime de retraite des employés de l’État. »

En compagnie de la vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Francine Lévesque, et de Louise Chabot, porte-parole du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), Daniel Boyer remettra aux représentants du gouvernement des dizaines de milliers de cartes d’engagement signées par des travailleurs et travailleuses du secteur public au cours des derniers mois. « Au début de cette négociation, nous avons demandé aux salariés du secteur public de poser un geste concret : s’engager en appuyant nos comités de négociation. Voilà l’occasion de démontrer au gouvernement la volonté des membres du secteur public d’obtenir de bonnes conditions de travail. »

La grève débattue en assemblée

Au moment d’écrire ces lignes, les syndicats du Front commun terminent une première tournée de consultations des assemblées générales et des instances syndicales pour débattre du recours à la grève à l’automne. Des mandats clairs pour planifier cette éventuelle grève sont discutés à la grandeur du Québec.

« Bien entendu, nous devrons suivre l’évolution des discussions aux différentes tables de négociation, rappelle Daniel Boyer. La grève n’est pas un objectif en soi – elle doit nous permettre de construire le rapport de force nécessaire pour l’obtention de bonnes conventions collectives. Ce que nous disons, c’est qu’à l’heure actuelle, en fonction des positions de ce gouvernement, nous ne pouvons pas exclure d’avoir recours à la grève pour atteindre nos objectifs. Et compte tenu des délais imposés par le cadre juridique des négociations du secteur public, nous devons la planifier dès maintenant si nous voulons être en mesure de l’exercer à l’automne, si nécessaire. »

Une deuxième tournée de consultations du Front commun, portant sur les mandats de grève à proprement parler, est prévue au retour des vacances estivales.

« Le recours à la grève est une question extrêmement importante, qui mérite d’être débattue amplement par les salariés du secteur public, souligne Daniel Boyer. Voilà pourquoi le Front commun a organisé une extraordinaire journée de réflexion le 31 mars dernier sur cette question. Le débat doit maintenant être repris par nos militants et militantes sur le terrain, dans l’ensemble de nos milieux de travail. »

Plusieurs vidéos produites lors de cette journée peuvent être consultées sur le site du Front commun à frontcommun.org.

 

Texte paru dans le Monde ouvrier, no 112, mai-juin 2015