Rapport des commissions sur la mondialisation : Une grande volonté d'agir, ici et ailleurs

Accueil

Le rapport du Comité des commissions a, de façon générale, reçu un bon accueil des membres délégués qui y ont retrouvé l’essence des discussions qui avaient eu lieu en commissions.

Des manifestations surtout négatives
Plusieurs manifestations de la mondialisation ont été identifiées : positives pour l’emploi comme dans les entreprises exportatrices, mais surtout négatives sur le niveau et sur la qualité des emplois. Les inquiétudes sont grandes quant aux déréglementations et privatisations qui ont cours dans les services publics.
Les congressistes déplorent aussi que la mondialisation néolibérale exerce une pression à la baisse sur les conditions de travail et sur les programmes de soutien du revenu, ce qui appauvrit particulièrement les femmes et les jeunes.

Renforcer notre action de négociation
Bien connaître son entreprise, c’est important et des ressources, on en a : le Fonds de solidarité, les universités, Internet, les autres syndicats FTQ, les conseils régionaux et même les secrétariats professionnels internationaux (SPI). On peut même négocier le droit à l’information dans nos conventions collectives.

Plusieurs syndicats ont développé des liens internationaux dans plusieurs pays, ce qui aide à renforcer le syndicalisme partout dans le monde. Les Fonds de coopération syndicale internationale sont un soutien pour un tel objectif.

L’action politique
L’inclusion des droits fondamentaux du travail et des droits humains dans les accords de libre-échange, c’est le noyau dur de nos revendications. Le non respect des droits humains
et la discrimination faite aux gais et lesbiennes doivent aussi être pris en compte dans un contexte de mondialisation. Le mouvement syndical étant un partenaire social incontournable, la création d’un Forum syndical pour l’ALÉNA et pour les négociations de la ZLÉA est un incontournable. Et c’est en travaillant entre nous, dans nos réseaux et au sein de coalitions que nous pourrons y arriver.

Un rôle majeur pour la FTQ
Les activités de formation et d’information sur la mondialisation sont un mandat d’importance pour la FTQ, les syndicats affiliés et les conseils régionaux. Il ne faut pas seulement viser nos membres mais aussi rejoindre l’ensemble de la population. La coordination de la FTQ est nécessaire. C’est au sein du Comité sur la solidarité internationale de la FTQ que les syndicats et les conseils régionaux pourront participer à la mise en œuvre d’un plan d’action qui propose maintenant une action militante plus concrète face aux effets de la mondialisation. Poser des gestes d’envergure, c’est possible. Le succès de la Marche mondiale des femmes est inspirant !