Quatre nouvelles conventions collectives au Journal de Québec

Des employés de l’imprimerie du Journal de Québec au moment de voter sur l’entente de principe. Plus de 90% des membres du SCFP 1872 présents à l'assemblée ont approuvé l’entente.  <br>Photo Didier Debusschère

Des employés de l’imprimerie du Journal de Québec au moment de voter sur l’entente de principe. Plus de 90% des membres du SCFP 1872 présents à l'assemblée ont approuvé l’entente.
Photo Didier Debusschère

Qui a dit que le SCFP ne pouvait pas s’entendre avec Quebecor Media? Réunis en assemblée générale en après-midi, le personnel de l’imprimerie du quotidien québécois ont approuvé à 92% l’entente de principe conclue le 20 décembre dernier. Le vote des employés de l’imprimerie, qui approuve l’entente de principe, survient après la ratification d’ententes de principe par les trois autres catégorie d’employés du Journal et permettra la signature de quatre nouvelles conventions collectives dès le mardi 4 février.

Bien qu’il s’agisse de quatre conventions collectives distinctes, elles partagent plusieurs éléments en commun. Elles seront d’une durée de quatre ans, soit du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2005. Pour 2002, les employés toucheront une somme forfaitaire équivalente à 2% de la rémunération totale reçue, applicable également sur les primes et les heures supplémentaires. Ils verront ensuite leurs salaires ajustés en fonction de l’IPC (indice des prix à la consommation) pour chacune des trois autres années du contrat de travail, jusqu’à concurrence de 2% pour 2003, 2,25% pour 2004 et 2,5% en 2005.

Par ailleurs, plusieurs améliorations sont apportées aux conditions de retraite, notamment en ce qui concerne la prime de raccordement et l’introduction de la retraite progressive. L’âge de la retraite est fixé à 58 ans et tient compte d’un facteur 90 (âge et années de service). Par ailleurs, même si les employés du Journal de Québecparticipent à un fonds de retraite commun à plusieurs autres composantes de Quebecor Media, un comité aviseur local et conjoint (employeur-employés) est formé au Journal de Québec, lequel se penchera sur l’utilisation des excédents actuariels.

Au nombre d’environ 250, les employés du Journal de Québec sont représentés par quatre unités syndicales distinctes, toutes affiliées au SCFP, soit le 1450 (la rédaction), le 1872 (l’imprimerie), le 2808 (le bureau) et le 3208 (les réprésentants publicitaires).