Projet de loi no 16 sur la certification des résidences privées pour personnes âgées

La qualité des soins aux personnes âgées : il faut aussi s’occuper des travailleuses et des travailleurs!

Québec, le mercredi 7 septembre 2011– La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a présenté sa position sur le projet de loi no 16 à la Commission de la santé et des services sociaux de l’Assemblée nationale aujourd’hui.

Les porte-parole de la centrale syndicale, Daniel Boyer, secrétaire général et Jean-Pierre Ouellet, vice-président de la FTQ et président du Syndicat québécois des employées et employés de service, ont tenu à parler de la réalité des travailleuses et travailleurs en résidences privées pour personnes âgées, qui sont peu considérés dans le débat sur la qualité de vie dans les établissements de soins de longue durée.

Alors que nous manquons de places dans les établissements publics, à la suite de fermeture de lits et de l’augmentation de la demande, de plus en plus de personnes âgées en perte d’autonomie n’ont pas le choix de se tourner vers les résidences privées. Cette réalité a permis l’essor fulgurant de ce marché lucratif.

Pourtant, les conditions de travail sont toujours très mauvaises dans ce secteur d’emploi, malgré le fait que la tâche soit toujours plus lourde et complexe pour les travailleuses et travailleurs.

« Nous croyons que les élus de l’Assemblée nationale doivent proposer des solutions pour assurer de meilleures conditions de travail dans les résidences privées, d’autant plus que l’État finance une partie des soins et services qui y sont offerts. Le taux de roulement de personnel est très élevé dans ces établissements, ce qui nuit considérablement à la qualité des services aux personnes âgées. Rien n’est proposé pour atténuer ce problème. Nos élus doivent réaliser que les travailleuses et travailleurs font partie des solutions, et non des problèmes », a déclaré Daniel Boyer.

Le projet de loi no 16 : une réforme essentiellement administrative

Les mesures proposées par le projet de loi no 16 concernent avant tout l’action gouvernementale et la gestion par les agences régionales d’un registre des résidences privées pour personnes âgées. La FTQ salue ce resserrement des règles de certification, tout en mettant en garde le gouvernement contre le manque de ressources des instances locales et régionales pour appliquer la loi.

« On pourra mettre en place les meilleurs critères de certification, ils seront inutiles si personne ne s’assure qu’ils sont respectés. Au cours des derniers mois, les situations qui ont été dénoncées étaient la plupart du temps causées par le laxisme des autorités dans l’application des règles ou encore l’absence d’inspecteurs dans les résidences privées. Ce projet de loi devra s’accompagner de nouvelles façons de faire dans tout le système de santé », a conclu Jean-Pierre Ouellet.

La FTQ représente environ 10 000 travailleuses et travailleurs dans les résidences privées pour personnes âgées, dans toutes les régions du Québec. La majorité de ces personnes est membre du Syndicat québécois des employées et employés de service.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.