PROJET DE LOI MARTIN : RÉACTION DE LA COALITION QUÉBÉCOISE POUR LE MAINTIEN DES SERVICES BANCAIRES PERSONNALISÉS - « Un pas dans la bonne direction » - Henri Massé

Montréal, 14 juin 2000 — À la suite du dépôt du projet de loi du ministre Paul Martin sur la réforme des services financiers, le président de la FTQ, M. Henri Massé, a rendu publique aujourd’hui la réaction de la Coalition québécoise sur le maintien des services bancaires personnalisés. La Coalition, qui est intervenue activement dans le débat depuis deux ans, regroupe la grande majorité de la population québécoise, par l’entremise d’une vingtaine d’organismes : groupes de défense des consommateurs, groupes populaires et communautaires, Fédération des femmes, associations de personnes âgées, mouvements étudiants, groupes ruraux ainsi que toutes les centrales syndicales.

« De façon générale, dit M. Massé, la Coalition accueille favorablement le projet qui est un pas dans la bonne direction, en espérant que la réglementation qui suivra ira aussi dans cette direction. Nous avons cependant quelques réserves importantes, notamment sur l’absence de contrôles adéquats pour empêcher la fermeture de succursales bancaires.

« La Coalition accueille favorablement les mesures annoncées concernant notamment l’ouverture des comptes bancaires, sans discrimination, et la mise sur pied de l’Agence de consommation en matière financière, dont le mandat est de protéger les consommateurs. La Coalition souhaite que cette agence soit un véritable chien de garde qui ne fasse pas que japper mais qui puisse mordre à l’occasion! Elle rappelle que les services au public doivent être la priorité pour les institutions bancaires.

« À ce sujet, la Coalition réclame un renforcement des mesures annoncées en vue de contrôler les fermetures de succursales bancaires. Le préavis de quatre mois est une bonne chose, mais la population doit être obligatoirement consultée et avoir son mot à dire. On ne doit plus assister à des fermetures sauvages de succursales comme cela est arrivé récemment dans les banques de la région de Montréal.

« En conclusion, la Coalition s’adresse au ministre des Finances du Québec, M. Bernard Landry, qui vient de présenter un projet de loi (126) sur les caisses populaires, qui sont de compétence québécoise. Elle lui rappelle son engagement d’inclure dans la loi québécoise, au minimum, les protections de la loi fédérale.»