Prendre la place qui nous revient: séminaire FTQ retraite

Séminaire sur la retraite FTQ 2017

Photo: Daniel Mallette

Encore une fois cette année, plus de 200 personnes ont participé au séminaire sur la retraite de la FTQ. La thématique suggérait une réflexion sur le mouvement syndical et la place qu’il doit prendre en ce qui concerne la gouvernance et la gestion du capital.

Moment fort du séminaire, les participants et participantes ont fait preuve d’un beau geste de solidarité envers les grévistes de l’Université Laval qui étaient sur place afin de témoigner de leurs revendications et de leur mobilisation. À l’improviste, une collecte de fonds a été organisée et a permis d’amasser plus de 1 300 $ pour soutenir les 1 900 membres en grève.

D’entrée de jeu, le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, s’est adressé aux participants et participantes pour mettre la table à propos des différents enjeux qui entourent la retraite. Il en a profité pour rappeler que la FTQ demandait le retrait du projet de loi fédérale C-27 sur l’instauration des régimes à prestations cibles. Il a réaffirmé l’importance que le gouvernement aille de l’avant avec une bonification du Régime de rentes du Québec (RRQ) qui serait au moins équivalente à ce qui se fera ailleurs au Canada. Finalement, il a insisté sur l’importance de notre revendication de rendre illégales toutes clauses de disparité de traitement.

Ensuite, il a été question des initiatives qui font de la FTQ, depuis plus de 30 ans, un leader dans le dossier de la retraite. Le PDG du Fonds immobilier du Fonds de solidarité FTQ, Normand Bélanger, a présenté les nombreux accomplissements du Fonds immobilier et son prestigieux bilan social. Le coordonnateur du Régime de retraite par financement salarial de la FTQ (RRFS-FTQ), Julien Désormeaux, a fait part de la progression fulgurante du RRFS-FTQ ces dernières années. En effet, plus de 11 000 membres ont maintenant la chance d’avoir un bon régime à prestations déterminées (PD) qui est 100 % sous contrôle syndical.

Afin de prendre la place qui nous revient, les militantes et militants se sont intéressés aux avantages qui s’offriraient à la FTQ si elle allait de l’avant avec la création d’une fiducie globale. Rappelons qu’une résolution a été adoptée au dernier congrès à ce sujet. Celle-ci demandait à la FTQ d’étudier la faisabilité de la mise en place d’une fiducie globale. Il pourrait en effet être fort intéressant pour les petites caisses de retraite de se regrouper afin d’obtenir des frais de gestions moins élevés et de pouvoir exercer leur droit de vote.

Une demi-journée fut consacrée aux clauses de disparité de traitement (CDT), le sujet de l’heure au Québec dans le dossier de la retraite et des assurances. Des échanges animés sur le sujet ont eu lieu. Les participants et les participantes, à l’instar de la FTQ, ont insisté sur l’importance que le Parti libéral du Québec (PLQ) assume son leadership et modifie la Loi sur les normes du travail (LNT), afin d’interdire les CDT dans les régimes de retraite et les assurances collectives une fois pour toutes.

Finalement, le panel d’experts a discuté de la place des travailleurs et des travailleuses dans les comités de retraite. Un constat a émané des discussions. Puisque les déficits des régimes à PD sont, plus souvent qu’autre chose, financés à parts égales par les travailleurs et travailleurs ainsi que par l’employeur, il est plus légitime que jamais pour le mouvement syndical d’exiger la parité dans les comités de retraite. Prenons la place qui nous revient!

Ce séminaire a été l’occasion de discuter et de réfléchir sur nos actions militantes pour les années à venir. Merci à toutes les personnes invitées, aux participants et participantes, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont fait de ce séminaire une réussite.