Premier anniversaire de son décès : « Louis Laberge demeure toujours une inspiration » — Henri Massé et Pierre Genest

Montréal, le 18 juillet 2003 — Aujourd’hui marque le premier anniversaire du décès de monsieur Louis Laberge, l’un des plus grands leaders syndicaux du vingtième siècle et président-fondateur du Fonds de solidarité FTQ, décédé à son domicile de l’Assomption à l’âge de 78 ans. Le Québec tout entier lui rendait un vibrant hommage une semaine plus tard lors de funérailles nationales le mercredi 24 juillet 2002 à Montréal.

Pour MM. Henri Massé, président de la FTQ et du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ et Pierre Genest, président-directeur général du Fonds, « Louis Laberge a été un visionnaire et un syndicaliste qui a marqué son époque à plus d’un titre. Ses multiples actions ont permis d’améliorer la vie quotidienne de milliers de travailleurs et travailleuses. Nous avons de quoi être fiers de tout ce qu’il a accompli. Nous voulons aujourd’hui lui rendre hommage et surtout souligner le travail colossal qu’il a accompli à titre de président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec de 1964 à 1991. Parmi ses plus grandes réalisations, il faut mentionner qu’il a été le grand responsable de l’intégration des syndicats québécois à la FTQ et, président-fondateur du Fonds de solidarité FTQ. »

« Le Fonds de solidarité FTQ, l’un des grands héritages de Louis, a dit M. Massé, demeure à mes yeux le plus beau défi réussi par le monde syndical. Le Fonds a été et demeure un véritable rassembleur et nous le devons à monsieur Laberge qui a eu la vision de réaliser ce tour de force. Le Fonds a été créé pour maintenir et créer des emplois, pour offrir un régime d’épargne pour la retraite, et aussi pour assurer une formation économique aux travailleurs et travailleuses afin d’accroître leur influence dans les entreprises et l’économie. »

Qualités humaines remarquables

Aujourd’hui, le Fonds de solidarité FTQ compte plus de 550 000 actionnaires et gère un actif de 4,5 milliards de dollars. « Au fil des ans, ajoute M. Pierre Genest, le Fonds a investi dans 2 100 entreprises et a permis la création ou le maintien de plus de 97 000 emplois. Sans la vision de monsieur Laberge et ses remarquables qualités humaines qui faisaient de lui un homme extraordinaire, très chaleureux, qui savait comment nous parler, nous atteindre et extraire le meilleur de nous-mêmes, nous n’aurions jamais atteint de tels objectifs en 20 ans d’histoire. Jour après jour, les employés du Fonds sont à même de mesurer son immense contribution à la cause du développement économique dans toutes les régions du Québec. Il nous incombe maintenant d’honorer sa mémoire en poursuivant le travail amorcé. »

« Chacun de nous, a conclu monsieur Massé, sait à quel point, c’était un privilège de le connaître. Il était pour nous une force de la nature, qui avait su garder, pourtant, une simplicité et une humilité exemplaires, dont seuls les grands hommes ont le secret. »