Pour les pays du Sud- Des vélos de solidarité qui se transforment en gagne-pain

Un vélo a une deuxième vie de plus de 20 ans dans les pays du Sud. Il sert de moyen de transport et de gagne-pain à des milliers de familles. – <br>Pierre Bouchard et Janick Lemieux / Pentax Canada

Un vélo a une deuxième vie de plus de 20 ans dans les pays du Sud. Il sert de moyen de transport et de gagne-pain à des milliers de familles. –
Pierre Bouchard et Janick Lemieux / Pentax Canada

Vous avez un vélo usagé qui s’empoussière quelque part ? Vous attendez la prochaine vente de garage sinon il finira ses jours au dépotoir ? Vous aurez bientôt l’occasion de faire d’une pierre deux coups : vous en débarrasser en posant un geste de solidarité envers une famille du Sud.

La FTQ s’associe à Cyclo Nord-Sud et vous lance un appel : participez à notre collecte de vieux vélos qui se tiendra au Complexe FTQ-Fonds le mardi 21 octobre.

Vous pouvez faire revivre ce vélo oublié et le transformer en outil de développement ou en gagne-pain pour une famille du Sud. Là-bas, que ce soit en Amérique latine, en Afrique ou en Asie, des millions de gens n’ont que leurs deux pieds pour se déplacer. Votre vélo peut transporter des enfants à l’école ou des travailleurs agricoles au champ, soulager les corvées des femmes, servir de véhicule de livraison et à la fois de gagne-pain à un père de famille.

«Pour un travailleur des champs du Sud, le trajet à pied est souvent de plus d’une heure, le matin et le soir, raconte la directrice fondatrice de Cyclo Nord-Sud, Claire Morissette. Avec un vélo, c’est trois fois moins long; ça signifie un gain de un jour de salaire par semaine.»

Au secours des femmes
Au Sud, ce sont les femmes qui sont chargées des corvées. Elles perdent souvent plus de la moitié de leur journée à marcher pour quérir l’eau, le bois de cuisson et les denrées nécessaires à la survie de la famille. Quant aux fillettes, elles sont retirées de l’école pour s’acquitter de ces tâches quotidiennes et se retrouvent sous-scolarisées.

Grâce à un vélo, les femmes peuvent transporter trois fois plus de poids en trois fois moins de temps et ainsi dégager du temps pour s’éduquer et augmenter leurs revenus. Cyclo Nord-Sud incite donc ses partenaires du Sud à donner en priorité les vélos aux femmes.

Plus de 6 000 vélos québécois roulent maintenant à Cuba, au Mexique, au Nicaragua, au Guatemala, en Afrique du Sud, au Cameroun, au Burkina Faso ainsi qu’au Ghana et au Togo. Cyclo Nord-Sud a effectué plus de 70 collectes (écoles, clubs de l’âge d’or, scouts, optimistes, etc.) à la grandeur du Québec depuis ses débuts en 1999. C’est à notre tour de contribuer.

En ajoutant un petit don de 10 $ pour financer le transport, vous recevrez un reçu d’impôt pour le don… et pour la valeur marchande du vélo (50 $ en moyenne).

C’est donc un rendez-vous, le 21 octobre, de 7 h à 10 h, au 565, boul. Crémazie Est, au rez-de-chaussée de la tour FTQ. Nous aurons besoin d’une dizaine de bénévoles pour quelques heures. Une collation sera servie. Pour informations ou pour offrir vos services, communiquez avec Carole Clément, Service des communications FTQ, au (514) 383-8028.