Parodie de négociation au Vieux-Port

Montréal, le 26 juin 2003 – Les quelque 360 employés de la Société du Vieux-Port de Montréal (SPVM), affiliés à l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC-FTQ), se prononceront à 14 h, le vendredi 27 juin, au Centre Saint-Pierre (salle 100)* sur les dernières offres patronales déposées de façon provocante par la direction de la SPVM dans la soirée du 25 juin.

« Il y a eu quelques retouches cosmétiques aux offres que nous avons déjà rejetées. C’est une parodie de négociation. Les soi-disant nouvelles offres ont été envoyées par courrier spécial aux membres avant même que le comité de négociation puisse en prendre connaissance dans la soirée du 25 juin », a dénoncé le président de la section locale 10333, Mousshine Mhaji.

« De plus, la partie patronale refuse même de discuter sur la base du statu quo pour certaines clauses que nous serions prêts à reconduire. Il est très clair que la direction de la SVPM compte sur le fait qu’une très grande majorité de nos membres sont des jeunes et qu’ils vont s’essouffler et plier l’échine. Ils se trompent lourdement », a ajouté le dirigeant syndical.

Rappelons que les travailleurs du Vieux-Port sont en lock-out depuis le 28 mai, lock-out décrété après seulement deux journées de grève. Malgré les dispositions anti-briseurs de grève en vigueur depuis plus de 26 ans au Québec, ces jeunes travailleurs sont remplacés par des scabs, de telles dispositions n’existant pas sous juridiction fédérale en dépit des multiples pressions en ce sens. Les principales questions en litige sont les salaires qui n’ont pas été augmentés depuis 1997 et la sécurité d’emploi.

Les travailleurs du Vieux-Port tiendront un rassemblement le mardi 1er juillet devant leurs lieux de travail pour dénoncer l’intransigeance de leur employeur et exiger une véritable reprise des négociations et un règlement rapide du dossier.