« Par ce vote historique, les députés fédéraux mettent fin à une injustice » - Henri Massé président de la FTQ

La FTQ salue l’adoption d’une loi anti-briseurs de grève à Ottawa

Le président et le secrétaire général de la FTQ, Henri Massé et René Roy

Le président et le secrétaire général de la FTQ, Henri Massé et René Roy

Montréal, le 25 octobre 2006 – Après de nombreuses tentatives, la Chambre des communes à Ottawa a finalement adopté une loi anti-briseurs de grève. La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), ne peut que saluer le gros bon sens des députés du Bloc québécois, du NPD, du Parti libéral et le courage des quelques députés conservateurs qui ont voté en faveur du projet de loi C-257.

« Il était temps de mettre fin à une grave injustice dont les victimes sont des travailleurs et des travailleuses relevant du Code canadien du travail. Il est inadmissible qu’en 2006, les travailleurs relevant du Code canadien soient privés de leurs droits. Ce vote historique est tout à l’honneur des députés », a déclaré le président de la FTQ, M. Henri Massé.

Le projet de loi C-257 est dans les faits une copie de la loi québécoise adoptée par le gouvernement Lévesque il y a 29 ans. « Cette loi a fait en sorte de civiliser les relations de travail et les négociations entre employeurs et travailleurs, tout en établissant un rapport de force plus équitable entre les parties », a rappelé pour sa part le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy.

Cependant, la FTQ met en garde le gouvernement conservateur contre toute tentative de bloquer la mise en œuvre de ce projet de loi adopté par une majorité d’élus. « La FTQ invite le gouvernement conservateur à respecter la démocratie lorsqu’une majorité de parlementaires, représentant de fait une majorité de Canadiens, se prononce en faveur d’un projet de loi », a conclu le président de la FTQ.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809