Palais de Justice de Montréal : la Commission des relations du travail émet une ordonnance contre le recours à des briseurs de grève

Montréal, le 10 avril 2003 — La Commission des relations du travail du Québec vient d’émettre une ordonnance obligeant le Centre d’accès à l’information juridique (CAIJ), situé au Palais de Justice de Montréal, à cesser de recourir à des briseurs de grève, annonce M. Denis Fournier, représentant du Syndicat des communications graphiques (SCG), affilié à la FTQ.

Les commis et les techniciens sont en grève depuis le 19 février au CAIJ, un organisme public qui fournit aux juges et aux avocats de tout le Québec des services de bibliothèque, de banques informatisées, ainsi que de référence et de recherche. Les syndiqués ont débrayé pour hâter le renouvellement de leur contrat de travail qui est échu depuis maintenant plus de deux ans, soit depuis le 31 mars 2001.

Dans sa décision, la commissaire Suzanne Moro confirme que le CAIJ a eu recours à plusieurs briseurs de grève depuis le début du conflit. Elle ordonne à l’employeur de cesser cette pratique qui contrevient aux dispositions du Code du travail du Québec à cet égard.

Les négociations reprendront la semaine prochaine en présence d’un conciliateur du ministère du Travail, indique M. Fournier. Le principal point en litige est la volonté de l’employeur d’augmenter la semaine de travail sans compensation financière.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.