Ouverture du 29e congrès par Michel Arsenault

Pour un Québec qui nous ressemble et qui nous rassemble

Photo du congrès

Montréal, lundi 29 novembre 2010 – Le Congrès de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), fort de quelque 1500 personnes déléguées, a pris son envol ce matin avec le mot de bienvenue de Michel Ducharme, président du Conseil régional FTQ du Montréal métropolitain, également vice-président de la FTQ représentant les 17 conseils régionaux de partout au Québec.

Temps fort de cette première journée de congrès, un discours vigoureux et déterminé du président en poste, Michel Arsenault, qui n’a pas hésité à fustiger le vent de droite «qui voudrait sabrer dans les garderies à 7 $, dans l’équité salariale, dans les congés parentaux, qui voudrait tout privatiser et tarifer, à commencer par la santé, qui voudrait faire disparaître la loi anti-scabs, forcer le vote secret obligatoire pour les accréditations, qui voudrait aussi des baisses d’impôt pour les riches et rendre chaque personne responsable de son propre sort en faisant disparaître les programmes sociaux.»

Le président Arsenault a aussi décrit la crise économique et financière à l’échelle internationale, la pire depuis les années ’30, une crise provoquée de toutes pièces par les spéculateurs de l’économie casino. Il a aussi évoqué la crise qui secoue aujourd’hui la Grèce, l’Irlande, le Portugal.

Il a mis en garde le gouvernement du Québec contre un retour précipité et prématuré à l’équilibre budgétaire, contre des mesures régressives comme la taxe santé, contre le démantèlement des organismes paritaires, comme la commission de l’équité salariale, qui caractérisent le modèle québécois. Une campagne énergique est d’ailleurs engagée contre les mesures du dernier budget Bachand.

Le discours du président a également fait écho à la campagne retraite menée par la centrale pour bonifier les rentes de retraite publiques, à la convergence des médias qui a des effets néfastes sur la qualité de l’information, particulièrement en région. Enfin, Michel Arsenault a cogné le clou sur l’adoption d’une nécessaire politique énergétique au Québec.

Les personnes déléguées auront à débattre de quelque 152 résolutions tout au long de la semaine.

Pour en savoir plus, visitez l’onglet « Congrès » du site Internet de la FTQ.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Source : FTQ