Ontario et Québec : « Les libéraux fédéraux ont-ils une politique de deux poids deux mesures? » – Henri Massé

Henri Massé, président de la FTQ

Henri Massé, président de la FTQ

Montréal, le 15 juin 2004 – À la suite de l’annonce que l’industrie automobile en Ontario obtiendra 500 millions de dollars en aide fédérale de la part d’un prochain gouvernement Martin, le président de la FTQ, M. Henri Massé, se demande si les libéraux fédéraux ont « une politique de deux poids deux mesures selon qu’il s’agit de l’Ontario ou du Québec ».

« Je suis bien content que les travailleurs de l’automobile en Ontario profitent de la manne électorale, dit M. Massé. Mais qu’est-ce que le Parti libéral va faire pour aider l’industrie automobile au Québec, durement frappée par la fermeture de l’usine GM à Boisbriand? Qu’est-ce qu’il va faire aussi pour soutenir l’industrie aéronautique, un des fleurons industriels du Québec avec des compagnies de renommée mondiale comme Bombardier? Qu’est-ce qu’il va faire pour notre industrie manufacturière en général, alors que les travailleurs et travailleuses vivent des difficultés croissantes au Québec dans des secteurs comme le vêtement, le textile, le meuble et tant d’autres? »

« Lors de la fermeture de GM, Ottawa avait pourtant pris des engagements pour soutenir l’industrie des pièces d’automobiles au Québec, rappelle M. Massé. Quant à l’aéronautique, nous attendons toujours l’annonce d’une véritable politique de soutien à cette industrie essentielle chez nous ».

« La FTQ a fait de la question de l’emploi un des enjeux majeurs de la campagne électorale en cours. Elle continuera d’interpeller non seulement les libéraux mais tous les partis fédéraux à ce sujet », conclut M. Massé.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.