« On sent clairement une vague de fond importante en faveur de la FTQ » – Henri Massé, président de la FTQ

Vote de représentation syndicale dans la construction

Photo d'un travailleur de la FTQ-Construction

Photos: Martine Doyon et Jean Laverdière

Montréal, mercredi 31 mai 2006 – « C’est toute la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) qui a mis la main à la pâte pour sensibiliser ses membres, leurs familles, leurs conjoints et leurs amis à l’importance de voter pour la FTQ-Construction à l’occasion du vote de représentation syndicale qui se tiendra dans ce secteur les 8, 9 et 10 juin prochain.

« La FTQ-Construction est une composante essentielle et dynamique de la FTQ et elle a toujours répondu avec empressement aux appels à la solidarité des autres secteurs de la centrale, qu’il s’agisse du secteur privé ou du secteur public. Nos gens s’en souviennent et agissent en conséquence. Et c’est particulièrement frappant dans le secteur industriel », a déclaré le président de la FTQ, M. Henri Massé, au terme de la période ouverte qui se déroulait du 1er au 31 mai 2006.

Rappelons que quelque 115 000 travailleurs du secteur de la construction partout au Québec ont le droit de vote pour la détermination de leur association représentative pour les trois années à venir.

Une vague de fond importante

« Selon nos derniers pointages, nous sommes très confiants d’atteindre les 50 % plus un nécessaires pour être reconnus comme agent négociateur.

« Dans le cadre d’une tournée provinciale, nous avons rencontré des dizaines de milliers de travailleurs. Nous avons assisté à des dizaines d’assemblées de grands syndicats dans les pâtes et papiers, dans la production, dans le secteur industriel qui nous ont assurés de leur appui. Tous les conseils régionaux de la FTQ ont répondu à notre appel.

« Nous avons fait des percées significatives, chez les manœuvres, les charpentiers-menuisiers, les opérateurs, les peintres et métiers connexes, les poseurs d’acier d’armature, les mécaniciens industriels, les tuyauteurs et calorifugeurs, les serruriers. On voit un attrait important en faveur de la FTQ-Construction », a rappelé pour sa part le directeur général de la FTQ-Construction, M. Jocelyn Dupuis.

À la table de négociation depuis 25 ans

« La FTQ-Construction a toujours été à la table de négociation dans ce secteur ces dernières 25 années. Son expérience et son expertise lui ont permis d’améliorer de façon notable les conditions de travail et les salaires dans ce secteur.

« Le renouvellement des conventions collectives des secteurs institutionnel-commercial-industriel, du génie civil et du résidentiel en 2004 a permis une réorganisation majeure du régime de retraite et l’atteinte de l’autonomie financière du régime d’assurances collectives, de pair avec une majoration globale de la rémunération de 15 % sur 3 ans.

« Tout cela et un bilan plus que solide en santé et sécurité, en formation notamment, a été rendu possible par la détermination de dirigeants et de représentants syndicaux qui croient dans ce qu’ils font », a indiqué le président de la FTQ-Construction, M. Jean Lavallée.

Priorités de négociation

Les indemnités de déplacement, les horaires de travail de même que les heures comptabilisées (dans les cas de CSST) pour les fins du régime d’avantages sociaux qui comprend les assurances et la retraite figurent au rang des priorités qui se dégagent en vue des prochaines négociations dans la construction.

Le rôle de la FTQ-Construction au quotidien

« Mais le rôle de la FTQ-Construction ne se limite pas au renouvellement des conventions collectives, bien que ce soit un aspect important de son mandat. Au quotidien nous avons des représentants sur tous les chantiers qui sont bien formés en santé et sécurité, notamment, et qui peuvent réagir rapidement quand les choses ne fonctionnent pas normalement.

« J’en veux aussi pour preuve la bataille de la FTQ et de la FTQ-Construction pour resyndicaliser le secteur résidentiel et la machinerie de production, ce qui empêche aujourd’hui un employeur de profiter de périodes creuses dans la construction pour se payer du cheap labour pour l’installation de sa machinerie. La collaboration entre les syndicats industriels et la FTQ-Construction a été exemplaire dans ce dossier. C’est aussi ça la FTQ, c’est la force du nombre qui permet de faire avancer les choses », a fait valoir le directeur général de la FTQ-Construction.

Contribution importante à la revitalisation du secteur

« Plusieurs milliers de chantiers de construction sont actuellement en marche au Québec. Cette situation offre un contraste de taille avec les années de vache maigre (1993 – 1996) où plus de 50 % des travailleurs de la construction étaient en chômage dans les périodes les plus sombres de l’industrie.

« À la FTQ et à la FTQ-Construction, nous croyons avoir apporté une contribution importante dans la revitalisation de l’industrie de la construction ces dernières années », a affirmé le président de la FTQ-Construction, M. Jean Lavallée.

Toute l’économie du Québec bénéficie d’une industrie en santé

« C’est un secteur qui fonctionne bien. C’est toute l’économie du Québec, de chacune de ses régions qui bénéficie d’une industrie de la construction en santé. Et l’apport des travailleurs de la construction mérite d’être reconnu à sa juste valeur dans cette revitalisation », ont conclu MM. Massé et Dupuis.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Sources : FTQ et FTQ-Construction
Renseignements : – Louis Cauchy, FTQ, 514 235-3996
– Jean Laverdière, FTQ, 514 893-7809
– Maude Messier, FTQ-Construction, 514 381-7300