« On ne laissera pas Bell joindre impunément ce Far West des patrons antisyndicaux » -Michel Arsenault président de la FTQ

Fermeture sauvage d’une boutique Espace Bell à Montréal

Montréal, jeudi 17 juillet 2008 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) condamne vigoureusement la fermeture sauvage d’une boutique Espace Bell de Montréal dont les employés venaient tout juste d’obtenir leur accréditation syndicale auprès du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP), un important affilié de la centrale.

« Il y a quelque chose de carrément indécent à ce qu’une entreprise qui a été soutenue à bout de bras par la population et les travailleurs québécois dans les heures sombres qu’elle a traversées récemment bafoue de la sorte le droit d’association exercé de façon tout à fait libre et démocratique par ses salariés. Les choses n’en resteront certainement pas là », a déclaré Michel Arsenault, président de la FTQ.

« Le SCEP peut compter sur notre soutien total dans ses efforts pour obtenir justice pour ses membres dans ce dossier. On ne laissera pas Bell joindre impunément ce Far West des patrons antisyndicaux prêts à toutes les manœuvres pour contrer l’exercice d’un droit légitime », a conclu le président de la FTQ.

-30-