« Nous nous opposerons vigoureusement à toute tentative de recriminaliser l’avortement » – Michel Arsenault, président de la FTQ

La FTQ dénonce vertement les propos du cardinal Ouellet

Montréal, le 20 mai 2010 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a réaffirmé, à l’occasion de son Conseil général du 19 mai, le caractère inattaquable du droit à l’avortement tout en condamnant fermement les récents propos du cardinal Marc Ouellet sur la question.

Les délégués ont également exhorté le gouvernement Harper à revenir sur sa décision d’exclure le financement des soins de santé de la reproduction, y compris des services d’avortement sans risques, dans le cadre du programme de soins de santé maternelle et infantile du G8.

Rappelant que les femmes ont dû attendre en 1988 pour que l’avortement cesse d’être considéré comme un crime au Canada, le président de la FTQ, Michel Arsenault, a vertement dénoncé les propos du cardinal associant l’avortement à une culture de la mort et visant à culpabiliser même les victimes de viol.

« Sur un autre front, il faut surveiller de près la droite religieuse au Canada qui cherche, par le biais de projets de loi privés, à recriminaliser l’avortement, malgré les dénégations hypocrites du gouvernement Harper », a indiqué le président de la FTQ.

« L’avortement est un enjeu important pour la santé des femmes et leur plein droit à l’égalité et à la dignité. La FTQ soutient, comme elle le fait depuis les années 1970, le droit et l’accès pour les femmes à des services d’avortement libres et gratuits et s’opposera vigoureusement à toute tentative de recriminaliser l’avortement », ont conclu Michel Arsenault et Danielle Casara, vice-présidente de la FTQ représentant les femmes au Bureau de la centrale.

La FTQ est la plus grande organisation syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres, dont plus du tiers sont des femmes.

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Isabelle Gareau, 514 383-8028