« Nous demandons au gouvernement de ne pas en appeler et de s’asseoir pour réparer les pots cassés » — Michel Arsenault président de la FTQ

La loi 30 sur les fusions d’accréditations jugée inconstitutionnelle

Montréal, le 30 novembre 2007 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) salue le jugement de la Cour supérieure déclarant inconstitutionnelle la loi 30 sur les fusions d’accréditations syndicales dans la santé adoptée sous le bâillon par le gouvernement Charest en décembre 2003.

« L’application de cette loi a déchiré les milieux de travail dans la santé, disloqué les équipes de soins et contribué au blocage des négociations. Le gouvernement devrait tirer des leçons de ce jugement et modifier sa propension à imposer de façon unilatérale des mesures qui aggravent les problèmes plutôt que de les régler », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault, dans une réaction préliminaire.

« Nous allons étudier de près ce jugement durant la fin de semaine, mais déjà, nous demandons au gouvernement de ne pas en appeler. Quant à nous, nous sommes prêts à nous asseoir avec lui pour étudier les différentes avenues qui s’offrent pour réparer les pots cassés.

« Cette loi a laissé de profondes cicatrices chez nos membres et a envenimé le climat des relations de travail dans le secteur de la santé. Nous demandons à ce gouvernement de profiter de la période de 18 mois que lui accorde le juge pour rectifier le tir et montrer un peu plus de respect pour ses employés qu’il n’en a montré en imposant cette loi qui faisait pratiquement l’unanimité contre elle », a conclu Michel Arsenault.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –