Non au démantèlement de Vidéotron «S'ils veulent la guerre, ils vont l'avoir!»

Dimanche 14 avril, manifestation en soutien aux employés de Vidéotron. On aperçoit une partie de 2 000 manifestants au moment de leur entrée dans le parc Émilie-Gamelin. (Photo Service de l’information, SCFP)

Dimanche 14 avril, manifestation en soutien aux employés de Vidéotron. On aperçoit une partie de 2 000 manifestants au moment de leur entrée dans le parc Émilie-Gamelin. (Photo Service de l’information, SCFP)

2 000 personnes sont descendues dans les rues du centre-ville de Montréal pour manifester contre le démantèlement de Vidéotron. Cette manifestation survient alors que les négociations entre Vidéotron ltée et ses employés doivent reprendre mardi matin (16 avril) en présence d’un conciliateur. Selon les annonces faites la semaine dernière, la partie patronale devrait présenter une offre globale aux employés de Vidéotron, membres de deux syndicats locaux du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) affilié à la FTQ.

Les employés de Vidéotron ont fait savoir, on ne peut plus clairement, à Quebecor qu’ils n’entendent pas faire les frais des mauvaises décisions d’affaires de son PDG, Pierre Karl Péladeau. On se rappellera que, le 14 décembre dernier, Quebecor annonçait vouloir récupérer 35 à 40 millions de ses employés lors des négociations et que, le 4 mars, elle annonçait son intention de « vendre » à la compagnie Entourage 650 employés de Vidéotron.

Après cette marche, plusieurs orateurs se sont adressés à la foule réunie au parc Émilie-Gamelin, au coin des rues Ste-Catherine et Berri.

Pierre Dupuis, directeur québécois du SCFP, a rappelé que « Péladeau a acheté Vidéotron à crédit » et ajouté :« nous allons nous battre pour que les emplois restent à Vidéotron, non sans avoir d’abord expliqué la rencontre qu’il a eue avec le patron d’Entourage, il y a quelques jours.

Pour sa part, Claude Généreux, secrétaire-trésorier du SCFP pour tout le Canada, a dénoncé l’attitude de Pierre Karl Péladeau en évoquant la fable de la grenouille et du boeuf, le boeuf lui rappelant un autre patron tristement célèbre, le boeuf de Charlevoix, un certain Malenfant…

N’attendant visiblement pas grand-chose du dépôt patronal prévu pour mardi (16 avril), Gilles Dubé, président du SCFP 1417, a lancé un sérieux avertissement à Quebecor « S’ils veulent la guerre, ils vont l’avoir! » S’adressant aux manifestants, il a aussi prévenu le grand patron de Quebecor : « Ce n’est pas vrai qu’on va te [Pierre Karl Péladeau] laisser enlever la nourriture de la bouche de nos enfants pour payer tes dettes! »

Après avoir faire scander la foule « PKP, tu vas écoper! », Mario Gervais, président du SCFP-Québec, a donné la garantie de l’appui total du SCFP aux employés de Vidéotron et a conclu son intervention par un vibrant « Nous ne lâcherons pas! »