NON à une société bâillonnée!

Des membres de la FTQ étaient présents à la manifestation.

Plusieurs membres de la FTQ étaient présents à la manifestation.

Montréal, le 14 décembre 2006. Le gouvernement Charest a encore une fois évité le débat démocratique en imposant un bâillon pour mettre fin aux travaux de l’Assemblée nationale. En manifestant ce midi devant les bureaux du premier ministre, les militantes et militants de la Coalition J’ai jamais voté pour ça! dénoncent le recours de plus en plus grand aux bâillons pour museler les citoyennes et citoyens du Québec.

« De plus en plus, les citoyennes et citoyens qui font valoir leurs droits ou qui contestent des projets doivent faire face à différentes tentatives d’intimidation », souligne Denyse Lacelle, porte-parole communautaire.

« Pensons aux poursuites judiciaires qui cherchent à réduire les écologistes au silence ou encore aux nombreuses interventions sur l‘immobilisme qui ciblent en fait les mouvements citoyens organisés : ce sont là des attaques planifiées qui découragent plusieurs citoyens à exercer leurs droits démocratiques. »

Il faut dire que l’exemple vient de haut, comme le rappelle Michel Ducharme, porte-parole syndical : « Le gouvernement Charest n’est pas particulièrement reconnu pour le débat public. Imaginez! Cinq bâillons successifs pour empêcher plusieurs débats importants. Cette fois-ci, le bâillon scelle le sort de notre système de santé que l’on jette en pâture au privé. L’an dernier, le bâillon a permis l’adoption du projet de loi 142 qui, lui-même, a bâillonné l’exercice des droits syndicaux. Après ça, comment s’étonner que certains veuillent bâillonner tout ce qui bouge au Québec! »

La Coalition J’ai jamais voté pour ça! s’oppose à cette vision antidémocratique de la vie en société et demande aux élus et aux élites de jeter bas les bâillons !

La Coalition regroupe de nombreux organismes sociaux, communautaires, étudiants et syndicaux de la région de Montréal.

– 30 –

Source : Coalition J’ai jamais voté pour ça!
Information : Yves Bellavance (514)-383-4880, poste 241, ou (514) 214-7031 (cellulaire)
Porte-parole : Denyse Lacelle (514) 739-7731 et Michel Ducharme (514) 910-2666