Négociations dans les clubs de golf : Lock-out au chic club Elmridge à l'Île Bizard

À l’approche de l’ouverture de la saison de golf, un lock-out a frappé, le 8 mars, le personnel d’entretien du club de golf Elmridge de l’Île Bizard, à Montréal. Les 35 salariés sont membres de la section locale 501 des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC).

Les négociations portent sur le renouvellement du contrat de travail. Les principaux points en litige concernent les salaires et la contribution de l’employeur au REER du Fonds de solidarité. Le Club Elmridge est un très chic club de golf privé dont les droits d’entrée sont de 35 000 dollars et les frais annuels de près de 6 000 dollars.

Pendant ce temps, une grève se poursuit depuis près d’un an au Club de golf Saint-Laurent, à l’Île d’Orléans, où 52 membres de la FTQ ont cessé le travail le 30 avril 2001. Les grévistes veulent obtenir le même contrat que celui négocié dans huit autres clubs de golf de la région représentés par la section locale 800 de l’Union des employés et employées de service (UES).
Des négociations sont en cours dans d’autres clubs de golf où le personnel est membre de la FTQ, notamment à Laval-sur-le-Lac et au club Le Portage à L’Assomption.