Michel Arsenault assure le président de la Wisconsin Federation of Labor du soutien de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec

Montréal, le 20 mars 2011 – Dans une lettre envoyée le 14 mars, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, exprime au nom de l’ensemble des membres de la centrale et de ses syndicats affiliés, son appui et sa solidarité envers les salariés du Wisconsin, aux prises avec des attaques frontales contre leurs droits d’association et de négociation.

Il rappelle que les acquis sociaux, arrachés de dure lutte par le mouvement syndical et les groupes communautaires, subissent de plus en plus de pression au Québec et au Canada et que constamment, il faut veiller au grain.

La lettre, en annexe, se termine sur l’espoir que les prochains mois sauront satisfaire les membres de la Wisconsin Federation of Labor.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.

– 30 –

En annexe, lettre transmise par le président de la FTQ à M. Philip Neuenfeldt.

Montréal, le 14 mars 2011

M. Philip Neuenfeldt, président
Wisconsin Federation of Labor
6333 W. Bluemound Road
Milwaukee, WI 53213
USA

Cher confrère,

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses affiliés ont suivi avec beaucoup d’intérêt les actions que vos membres et la population ont menées dans les dernières semaines. Soyez assurés du soutien indéfectible de notre organisation et de notre solidarité. Confrontés nous-mêmes à l’émergence d’un mouvement de droite au Québec, et je pourrais ajouter au Canada, nous déplorons les actions réactionnaires que votre gouvernement a prises envers vous.

Sous l’impulsion du mouvement syndical et des groupes communautaires, le Québec bénéficie de plusieurs acquis sociaux gagnés de dure lutte au cours des 40 dernières années. Pensons à l’accès gratuit aux soins de santé, aux garderies à 7 $ par jour par enfant, à la législation antibriseurs de grève qui assure que personne ne prend votre travail quand vous êtes en grève, à la législation en santé et sécurité au travail qui permet le retrait préventif pour une travailleuse enceinte ou pour le travailleur qui estime que son environnement est menaçant pour sa santé ou sa sécurité. Nous avons également lutté pour obtenir l’équité salariale pour les femmes, un congé de maternité d’une durée d’un an payé à 70 % de leur salaire, une loi contre le harcèlement psychologique. Pouvez-vous imaginer la pression que nous subissons pour conserver ces acquis et ce modèle de société que nous bâtissons depuis des décennies?

Vous savez mieux que quiconque à quel point cela peut être difficile! Vous pouvez donc compter sur notre appui. Nous croyons que vos membres sont en mesure de faire face à la situation et nous espérons que les prochains mois sauront satisfaire leurs revendications.

Solidairement,

Le président,

Michel Arsenault

c.c. M. Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada (CTC)