Manifestation syndicale ce midi du SVTI-FTQ devant le Magasin Holt Renfrew à Montréal, vendeur des produits Gucci

Montréal, le samedi 4 mai 2002 — Des membres et dirigeants du Syndicat du vêtement, du textile et autres industries (SVTI), affilié à la FTQ, distribuent ce midi à Montréal des dépliants pour rappeler qu’«avoir un syndicat n’est pas un luxe», devant le chic magasin Holt Renfrew, vendeur exclusif des produits Gucci, situé au 1300, rue Sherbrooke ouest.

Cette semaine, de telles manifestations ont eu lieu devant des magasins Gucci dans plusieurs villes au Canada, aux États-Unis et en Europe. Des membres du SVTI et leurs sympathisants distribuent des dépliants afin d’exiger justice pour les salariés du conglomérat français Pinault-Printemps-Redoute (PPR), société mère de Gucci. Le syndicat demande à la compagnie de mettre fin à sa campagne de harcèlement et d’intimidation contre le personnel de son centre de distribution de Brylane à Indianapolis, dans l’état de l’Indiana, où les salariés tentent de former un syndicat depuis plusieurs mois.

«Des milliers de travailleurs de PPR et leurs sympathisants ont manifesté devant des magasins Gucci en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suède, en Belgique et en Autriche pour dire à l’employeur de respecter les droits des salariés», déclare M. Tino Ciampanelli, directeur canadien adjoint du SVTI, présent à la manifestation de Montréal.

Pour le président nord-américain du SVTI, M. Bruce Raynor, «il est répréhensible pour cette entreprise d’offrir des articles de luxe comme les sacs à main Gucci au moment même où elle refuse à ses salariés le droit de se syndiquer et de négocier un contrat de travail». Melody Purvis, une employée de Brylane licenciée en raison de blessures encourues lors d’un accident de travail, a brandi l’affiche suivante en signe de protestation : “Ce sac à main Gucci coûte plus cher que ce que je gagne en une semaine”.

Brylane est l’une des plus grandes sociétés de vente par catalogue aux États-Unis avec des ventes de plus de 1,6 milliard de dollars. La compagnie fabrique et distribue des vêtements et accessoires pour neufs catalogues de vente par correspondance. Quelque 1000 employés du centre de Brylane à Indianapolis, ainsi que de deux autres établissements situés à Plainfield, également en Indiana, tentent de former un syndicat depuis octobre 2001.

Le SVTI compte plus de 250 000 membres en Amérique du Nord. La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.