Manifestation des syndiqués FTQ de Montréal au colloque du Conseil du patronat sur la sous-traitance (vidéo)

Montréal, le 21 novembre 2003 – Plusieurs centaines de membres des syndicats affiliés au Conseil régional de la FTQ du Montréal métropolitain (CRFTQMM) manifestent depuis 7 h 30 ce matin devant l’hôtel Sofitel (coin Stanley et Sherbrooke) à l’occasion du colloque organisé par le Conseil du patronat sur la sous-traitance et les modifications annoncées à l’article 45 du Code du travail.

Les véritables rédacteurs du projet de loi 31

Nous n’avons aucun doute sur la provenance des personnes qui ont véritablement écrit le projet de loi 31 qui dénature les protections contre le cheap labour et qui pave la voie à l’appauvrissement des travailleuses et des travailleurs.

VIDÉO : 1min30sec
Cliquez sur la vitesse de connexion de votre choix
56k.wmv »>56k | 150k.wmv »>150k | 300k.wmv »>300k

« Ces personnes sont actuellement en colloque dans cet hôtel et nous ne les laisserons pas impunément bafouer les droits et les conditions de travail de nos membres », a averti Michel Taylor, président du CRFTQMM.

Une riposte solide partout

« Cette manifestation n’est qu’un coup de semonce dans le cadre d’une riposte solide, dans toutes les régions du Québec, aux attaques du gouvernement Charest contre les travailleuses, les travailleurs et les plus démunis de notre société. C’est la paix sociale qui est remise en question par les libéraux et leurs copains du patronat. Nous ne les laisserons pas démolir la maison », a ajouté M. Taylor.

Bar ouvert à la sous-traitance

Pièce maîtresse de l’offensive contre nos conditions de travail, le projet de loi 31 modifiant l’article 45 du Code du travail sur la sous-traitance est un recul inacceptable, qui nous ramène 40 ans en arrière.

Le message que le gouvernement envoie aux employeurs, c’est que le bar est ouvert, servez-vous, ça ne vous coûtera pas cher et, surtout, vous n’aurez plus à vous soucier des conditions de travail de vos nouveaux employés.

Une sous-traitance de cheap labour

L’article 45 n’a jamais empêché la sous-traitance, mais la FTQ ne veut pas de cette sous-traitance de cheap labour que le patronat voudrait imposer, sans contrainte, au nom de la compétitivité et de la mondialisation. Ce projet va attaquer autant, sinon plus, le secteur privé que le secteur public. Il vise davantage les travailleuses et travailleurs les plus fragiles, non spécialisés, dans des activités comme les cafétérias, les buanderies, l’entretien et d’autres services connexes. Près de 70 % des cas de sous-traitance où l’on a réussi à préserver nos conditions de travail avec l’article 45 passeraient dans le tordeur.

Personne n’a eu le mandat de charcuter la paix sociale

« Le gouvernement Charest et tous ceux qui soutiennent ses politiques rétrogrades peuvent s’attendre à nous retrouver sur leur chemin dans les semaines et les mois à venir. S’ils s’attendent à un feu de paille, ils vont vite réaliser que c’est un incendie qu’ils sont en train d’allumer chez les travailleurs et dans la population en général. Personne ne leur a donné le mandat de charcuter la paix sociale au Québec », a conclu Michel Taylor.