Manifestation à la Cité de la mode à Montréal: 400 employées victimes d'antisyndicalisme chez Tricots Lamour

Manifestation à la Cité de la mode de Montréal devant la manufacture de bas-culottes Tricots Lamour <br> <br><i>Photo : Serge Jongué

Manifestation à la Cité de la mode de Montréal devant la manufacture de bas-culottes Tricots Lamour

Photo : Serge Jongué

Montréal, le 12 février 2004 – Une manifestation a eu lieu à la Cité de la mode de Montréal devant la manufacture de bas-culottes Tricots Lamour, le jeudi 12 février à 16 h 30, afin de dénoncer les violations par cet employeur du droit de son personnel de se syndiquer avec le Syndicat du vêtement, du textile et autres industries (SVTI), affilié à la FTQ.

La compagnie Lamour fait travailler ses quelque 400 employées dans des conditions dignes des «ateliers de misère» du Tiers-Monde. Ainsi, après douze ans d’ancienneté, une salariée gagne moins de $7.80 l’heure et n’a aucun régime d’assurances ni de retraite.

Un vote de syndicalisation au scrutin secret a eu lieu le 5 février. À cette occasion, l’employeur a utilisé plusieurs moyens illégaux pour brimer le droit des salariées de se syndiquer. Il a instauré, dès le début de la campagne syndicale, un régime de terreur dans le milieu de travail. Il a notamment menacé les salariées de congédiement et de fermeture de l’entreprise, s’est ouvertement affiché contre le syndicat par le biais de ses contremaîtres et superviseurs et a publié des tracts antisyndicaux. Le jour du vote, il a intimidé plusieurs salariées lors de réunions forcées ; des leaders syndicaux se sont fait harceler pendant que d’autres se sont fait offrir des pots-de-vin pour voter contre le syndicat.

La manifestation fait partie d’une campagne du SVTI-FTQ visant à ce que le nouveau Code du travail soit appliqué par la Commission des relations du travail du Québec. Le syndicat demande en effet une accréditation dite réparatrice, étant donné les violations à la loi.

Prendront notamment la parole lors de la manifestation Madame Malini Kulaveerasingan, militante syndicale arrêtée par la police et détenue pendant plusieurs heures suite à une accusation patronale, ainsi que M. Bruce Raynor, président de SVTI, le plus important syndicat dans le secteur du vêtement et du textile, qui compte plus de 250 000 membres en Amérique du Nord.

Le SVTI est affilié à la FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, qui représente plus d’un demi-million de membres.

DATE DE LA MANIFESTATION : le jeudi 12 février
HEURE : 16 h 30
ENDROIT : 55, rue Louvain Ouest, près de Saint-Laurent, Montréal

-30-

Source : FTQ
Renseignements: – Lina Aristeo, SVTI-FTQ