« Malgré les apparences, ce gouvernement confirme son manque de vision et abandonne les plus démunis; plus que jamais la coalition doit maintenir la pression » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

Réaction de la FTQ au budget fédéral : Ottawa fait payer le Québec

Le secrétaire général de la FTQ, René Roy

Le secrétaire général de la FTQ, René Roy

Montréal, le mardi 27 janvier 2009 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), est profondément déçue du budget du gouvernement conservateur. Malgré les milliards annoncés, ce budget n’est que de la poudre aux yeux.

« L’impact économique des mesures annoncées est bien en deçà de ce à quoi on aurait pu s’attendre dans un contexte de récession économique. Décidément, les conservateurs n’ont rien compris. Alors qu’aux États-Unis le président Obama injecte pas moins de 5 % du PIB dans son plan de relance, les conservateurs nous offrent un plan à rabais d’à peine 1 % du PIB. Le plan de relance américain est basé sur une vision d’avenir alors qu’on cherche encore celui du budget Harper.

« Les mesures annoncées sont l’équivalent d’un diachylon sur une plaie béante. Pour les victimes de la récession que sont les hommes et les femmes qui ont perdu leur emploi, c’est désespérant », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

Les chômeurs abandonnés à leur sort

« Les chômeurs sont une fois de plus oubliés par les conservateurs. Le gouvernement refuse toujours de bonifier les prestations de l’assurance-emploi. C’est 50 % des travailleurs et des travailleuses qui ont perdu leur emploi qui ne pourront toucher de prestations, c’est inadmissible », a poursuivi René Roy. La décision des conservateurs de privilégier les baisses d’impôts plutôt qu’une amélioration de l’assurance-emploi et le maintien des transferts de péréquation démontrent un manque flagrant de compassion à l’endroit des plus démunis. »

Une attaque directe contre le Québec

Le choix du fédéral de promouvoir une seule Commission des valeurs mobilières pour tout le pays et la décision des conservateurs de mettre un terme de façon unilatérale à l’accord sur la péréquation doivent être dénoncés avec force. C’est une attaque contre l’économie du Québec.

Un gouvernement de coalition et ça presse!

« En choisissant depuis qu’ils sont au pouvoir de diminuer les impôts et la TPS, les conservateurs ont privé les Canadiens d’un précieux bas de laine dont on aurait bien besoin en cette période de crise. Les conservateurs peuvent bien saupoudrer les milliards ici et là, mais diminuer les impôts de quelques sous par jour, cela ne met pas de pain et de beurre sur les tables des familles dans le besoin. La FTQ croit plus que jamais que la coalition doit faire place nette et débarrasser le pays de ce gouvernement sans vision », a conclu le secrétaire général de la FTQ.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.