« Maintenant qu’un arbitre a tranché, le moins que Wal-Mart puisse faire c’est de respecter les lois québécoises et se plier à la décision » - Michel Arsenault, président de la FTQ

Victoire pour les travailleurs de Wal-Mart de Gatineau

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Montréal vendredi 15 août 2008- La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) salue la décision rendue ce vendredi par l’arbitre du travail qui a imposé une première convention collective de travail dans un magasin Wal-Mart.

« Il aura fallu trois ans de durs combats aux travailleurs de Wal-Mart à Gatineau pour enfin obtenir une première convention collective de travail malgré une guérilla judiciaire menée par la multinationale Wal-Mart.
« Il s’agit d’une importante victoire qu’il faut saluer haut et fort. Souhaitons maintenant que les dirigeants de Wal-Mart prennent acte de cette décision et cessent leur guérilla judiciaire
», a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Wal-Mart doit devenir un bon citoyen corporatif

« Tout le monde au Québec et au Canada sait que Wal-Mart est une entreprise anti-syndicale qui n’hésite pas à fermer ses magasins dont les travailleurs et travailleuses veulent se syndiquer. Wal-Mart doit prendre un nouveau virage, mettre fin à cette pratique et respecter ses travailleurs. Il ne suffit pas pour Wal-Mart de se vanter d’acheter de fournisseurs québécois des articles produits en Asie ou ailleurs dans le monde. Walt-Mart doit aussi se soucier du bien-être de ses employés», a ajouté le directeur québécois des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) et vice-président de la FTQ, Louis Bolduc.

Condamnés à s’entendre

«Que Wal-Mart le veuille ou non, nous sommes condamnés à nous entendre. Wal-Mart devrait profiter de l’occasion pour prendre un nouveau départ avec la société québécoise et canadienne et accepter que des travailleurs et travailleuses veuillent unir leurs forces pour obtenir de meilleures conditions de travail», ont conclu Michel Arsenault et Louis Bolduc.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-
Source : FTQ