Magasin Wal-Mart de Jonquière (Saguenay) : « L'employeur doit maintenant négocier un contrat » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

Le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy <br> <br><i>Photo Serge Jongué

Le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy

Photo Serge Jongué

Jonquière (Saguenay), le 10 septembre 2004 – « Maintenant que l’accréditation du syndicat a été confirmée aujourd’hui par la Commission des relations du travail du Québec, la compagnie Wal-Mart doit respecter la loi et négocier un premier contrat de travail pour le personnel du magasin de Jonquière », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy. « La FTQ, ajoute M. Roy, tient à saluer encore une fois le courage exceptionnel des salariés de Jonquière, des pionniers qui ont dû s’y prendre à deux fois pour remporter cette grande victoire syndicale. » Ce magasin est désormais le seul Wal-Mart qui soit syndiqué en Amérique du Nord.

La Commission des relations du travail a confirmé, dans sa décision, le fait que la section locale 503 des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), affiliée à la FTQ, peut négocier un contrat au nom de quelque 150 membres du personnel du magasin de Jonquière. La requête en accréditation avait été déposée le 6 juillet et la Commission avait accrédité le syndicat le 2 août. Une première tentative de syndicalisation, en avril dernier, avait recueilli 47 % des voix.

Un deuxième magasin à Brossard

« Nous espérons maintenant que la Commission des relations du travail pourra accréditer aussi rapidement le syndicat au magasin de Brossard sur la rive sud de Montréal », dit M. Louis Bolduc, vice-président de la FTQ et adjoint au directeur canadien des TUAC. La requête en accréditation pour ce deuxième magasin a été déposée le 22 juillet par la section locale 501 des TUAC-FTQ. On s’attend à une décision de la Commission vers la fin du mois.

La campagne de syndicalisation se poursuit activement dans d’autres magasins Wal-Mart au Québec et au Canada. D’autres requêtes ont été déposées en Saskatchewan, au Manitoba et en Colombie-Britannique.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.