Lock-out contre 400 membres de la FTQ chez le fabricant de bottes de caoutchouc Acton International, à Acton Vale – Liste des 11 conflits en cours, par régions

Montréal, le 4 septembre 2003 – Quelque 400 salariés du fabricant de bottes de caoutchouc Acton International, à Acton Vale en Montérégie, viennent de se faire imposer un lock-out. Ils avaient rejeté les dernières offres patronales dans une proportion de 86 %. Les principaux points en litige sont le recours à la sous-traitance, l’ancienneté, le régime d’assurances et les salaires. Les lock-outés sont membres de la section locale 480 du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ).

Au total, près de 950 membres de syndicats affiliés à la FTQ sont actuellement impliqués dans onze conflits de travail, annonce le secrétaire général de la centrale, M. René Roy.

Mauricie

Dans la région de la Mauricie, au Cap-de-la-Madeleine, 120 salariés sont en grève chez le fabricant de jambons Les Aliments Déliham, une filiale du Groupe Brochu, depuis le 12 avril. Ils sont membres de la section locale 503 des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC). À Louiseville, 55 salariés membres du SCEP sont en lock-out chez Matériaux Cascades, depuis le 27 juin.

Montérégie

À Boucherville, 132 membres du Syndicat des Teamsters sont en grève, depuis le 23 août, à la compagnie Les Produits moulés Wedco. À Boucherville également, une vingtaine de membres des Travailleurs canadiens de l’auto (TCA) ont débrayé le 12 août au garage Toyota Duval.

Côte-Nord

Les 110 salariés de la scierie Manic (Kruger) à Raguenau, membres du SCEP, sont en grève depuis le 17 août.

Laurentides-Lanaudière

Des grèves sont en cours depuis le 11 mars dans les municipalités de Saint-Jean-de-Matha et de Sainte-Béatrix, où les cols bleus et cols blancs sont représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Montréal

Dans la métropole, 70 employés des cafétérias de Bombardier Aéronautique sont en grève depuis le 14 août. Ils sont membres du Syndicat des machinistes. Par ailleurs, un conflit perdure au Centre d’accès à l’information juridique du Palais de Justice de Montréal, où une douzaine de techniciens et commis ont débrayé le 19 février dernier.

16 mois de lock-out en Abitibi

Enfin, le plus long conflit vécu actuellement par des membres de la FTQ a débuté il y a plus de seize mois à Malartic : les cinq cols blancs de la ville, membres du SCFP, sont en lock-out depuis le 29 avril 2002.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.