Lock-out chez Camco (GE) à Montréal : La FTQ et le SCEP s'engagent dans une lutte à finir

Montréal, 30 mars 2001 - La FTQ et son Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) viennent de s’engager dans une lutte à finir contre la multinationale Générale Électrique à la suite du lock-out décrété ce matin contre les 825 salariés de sa filiale Camco à Montréal, annonce M. René Roy, secrétaire général de la centrale.

Camco fabrique des appareils électro-ménagers : sécheuses de plusieurs marques (GE, Moffat, Hotpoint), petites laveuses et lave-vaisselle. L’usine est située au 5781, rue Notre-Dame (à l’angle de la rue Dickson), dans l’est de Montréal. Des lignes de piquetage ont été dressées devant l’usine.

« L’employeur, qui est en très bonne santé financière, exige des concessions inacceptables sur plusieurs points de la convention collective. Les syndiqués sont prêts à se battre et ils ont l’appui total de la FTQ », dit M. Roy.

Les salariés sont convoqués à une assemblée générale dimanche matin où ils auront à voter sur le rejet des dernières offres patronales et en faveur du déclenchement de la grève. Un local de grève a déjà été installé au 5967, rue Notre-Dame est. La convention collective est échue depuis le 4 mars.

Le SCEP, un des plus importants syndicats affiliés à la FTQ, compte 50 000 membres au Québec. La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.