« L’intervention proactive du gouvernement du Québec pour assurer une stabilité syndicale dans l’industrie du cinéma doit être soulignée » – Michel Arsenault, président de la FTQ, et Matthew D. Loeb, président de l’AIEST

Le président de la FTQ et le président de l’AIEST visitent un plateau de tournage

Photos: Jan Thijs (IATSE local 667)

Photos: Jan Thijs (IATSE local 667)

Montréal, le 26 mai 2010 – Le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, et le président de l’Alliance internationale des employés de scène, de théâtre et de cinéma (AIEST), Matthew D. Loeb, ont profité d’une visite sur le plateau de tournage de la production cinématographique américaine Immortals (Dawn of War) dans les studios Mel’s Cité du cinéma pour souligner les efforts du gouvernement du Québec pour assurer la stabilité syndicale dans l’industrie, condition essentielle à la venue de productions américaines en sol québécois.

Le président de l’AIEST a également rappelé l’appui apporté par la FTQ aux sections locales 514 et 667 de l’AIEST tout au long des discussions avec les différents intervenants de l’industrie et le gouvernement du Québec ayant mené à l’adoption de la loi modifiant la Loi sur le statut professionnel et les conditions d’engagement des artistes de la scène, du disque et du cinéma.
« Rien de tout cela n’aurait été possible sans le soutien du président de la FTQ et de son aide lors de l’adoption du projet de loi 32 par le gouvernement du Québec. L’industrie du cinéma et de la télévision requiert des travailleurs d’expérience, une infrastructure locale de qualité ainsi qu’une stabilité syndicale. Le projet de loi 32 est une initiative audacieuse et décisive de la part du gouvernement du Québec permettant d’assurer une stabilité syndicale à Montréal » a déclaré Matthew D. Loeb, président de l’Alliance internationale.

Le président de la FTQ, Michel Arsenault, a précisé pour sa part que cette loi, pilotée par la ministre Christine St-Pierre et adoptée en juin 2009, de pair avec les crédits d’impôt rendus disponibles pour l’industrie du cinéma et de la télévision, réunissent des conditions gagnantes pour tous.

« Il faut réaliser que la venue des productions américaines au Québec, dont les seules retombées pour 2010 s’élèvent déjà à 250 millions de dollars, nécessite un climat de stabilité favorable au développement de l’industrie au moment où Montréal et le Québec font face à une compétition impitoyable de la part de Toronto et Vancouver pour attirer les productions américaines. Hollywood aime la stabilité et les coûts prévisibles et c’est ce que nous leur offrons maintenant », a martelé Michel Arsenault.

Tout en remerciant la ministre St-Pierre pour son intervention dans le dossier épineux du statut des travailleurs de l’industrie qui traînait depuis des années, les représentants des sections locales 514, Michel Charron, et 667, Christian Lemay, de l’Alliance internationale des employés de scène, de théâtre et de cinéma (AIEST – FTQ) ont insisté, quant à eux, sur l’ouverture d’esprit et l’adaptation aux changements des travailleurs et des travailleuses dans ce débat. « Rien de tout cela – le retour en force des productions américaines, le déblocage sur le statut des employés, la stabilité syndicale – n’aurait été possible sans le soutien et le courage des travailleurs et des travailleuses dont les conditions de vie et de travail sont tributaires d’une industrie saine et performante », ont tenu à rappeler MM. Charron et Lemay.

« À un moment où plusieurs déplorent un climat de morosité économique, il y a certainement de quoi se réjouir du nouvel essor de cette industrie pour laquelle le Québec peut offrir des infrastructures et un encadrement qui en font une destination de qualité qui n’a pas à rougir devant la compétition, qu’elle provienne d’ailleurs au Canada ou de l’étranger », a conclu le président de la FTQ.