L'Europe en pleine tourmente de la déréglementation

Accueil

Le discours sur la déréglementation, l’ouverture des marchés et la privatisation de toutes les entreprises d’État frappe de plein fouet l’Union européenne. Actuellement, les compagnies européennes oeuvrant dans le domaine de l’énergie sont, pour la majorité, en processus de privatisation, sinon de déréglementation semblable à ce qui s’est passé en Amérique à partir de 1996.

C’est ce qu’ont pu constater Richard Perreault, président de la section locale 1500 du SCFP et Charles Paradis, coordonnateur des syndicats SCFP à Hydro-Québec, à l’occasion d’une récente rencontre entre l’association Droit à l’énergie S.O.S. FUTUR et la Commission européenne chargée de faire les recommandations ouvrant le marché énergétique européen.

«Aujourd’hui, une pression énorme est exercée sur chacun des pays de l’Union européenne afin qu’ils ouvrent leur marché, privatisent leurs entreprises et s’interconnectent avec leurs voisins pour permettre la compétition et la libre circulation de l’énergie. À croire que les penseurs de l’Union européenne ont fait leurs classes en Amérique», a indiqué Charles Paradis dans la dernière livraison du journal Le 1500.

En France
Pour ce qui est de la France, le coordonnateur syndical note des points de similitude dans le discours entre EDF (Électricité de France), entreprise publique, et Hydro-Québec. « EDF se déréglemente dans un contexte public hautement surveillé par la population française et les syndicats. Dans cet océan de privatisation, il semble que EDF soit la seule à vouloir garder son caractère public. Cependant, elle fait face aujourd’hui à une scission administrative entre le transport et la production d’énergie semblable à celle qu’a connue Hydro-Québec.»