Les travailleurs et travailleuses des postes ratifient deux conventions collectives qui passeront à l'histoire

Les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) ont voté en faveur des deux conventions collectives négociées entre le Syndicat et la Société canadienne des postes (SCP).

Les membres de l’unité de l’exploitation urbaine ont ratifié l’entente dans une proportion de 65,4 %. Les factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS) ont ratifié la leur dans une proportion de 86,8 %.

« L’entente de quatre ans visant les 48 000 travailleurs et travailleuses de l’exploitation urbaine renforce grandement notre sécurité d’emploi grâce à la récupération à l’interne de la livraison des colis, a déclaré Deborah Bourque, présidente nationale du STTP. Cette entente permet réellement de renverser la vapeur en faisant cesser le flot impressionnant de pertes d’emplois qu’a subi le secteur de la livraison des colis. »

L’entente permet également d’assurer la sécurité économique de ces travailleurs et travailleuses grâce à une hausse salariale annuelle de 3 % protégée par une indemnité de vie chère et d’accroître les droits des membres ainsi que les avantages et les protections en matière de santé et de sécurité.

L’entente visant la nouvelle unité de négociation des factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS)
représente un événement historique pour le mouvement syndical. En effet, cette entente accorde à 6 000 travailleurs et travailleuses le statut d’employé de Postes Canada. Elle leur garantit également de grandes améliorations en matière de salaire et d’avantages sociaux. Pendant plus de 20 ans, les factrices et facteurs ruraux et suburbains ont livré le courrier en échange d’un salaire de misère tout en étant privés du droit à la négociation collective, et ce, en vertu de la Loi sur la Société canadienne des postes de 1981. Grâce à cette entente, les factrices et facteurs ruraux et suburbains travaillant pour le compte de Postes Canada ont enfin obtenu justice et dignité et la reconnaissance de leurs droits fondamentaux au travail.

« Nos membres se sont exprimés, a déclaré Mme Bourque. Nous pouvons enfin célébrer la réussite de chaque entente. »

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes représente 54 000 membres en régions rurales et urbaines et ce nombre comprend les travailleurs et travailleuses à plein temps, à temps partiel et temporaires.

Pour obtenir de plus amples renseignements, prière de communiquer avec

Jiselle Griffith, communications STfP : (613) 236-7238 poste 7914; ou (613) 222-3952

et

Denis Lemelin, 2e vice-président, STTP : (613) 236-7238