Les travailleurs et travailleuses des postes concluent une entente historique

<b> http://www.cupw-sttp.org

http://www.cupw-sttp.org

Après huit mois de négociation intensive, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a conclu deux ententes extrêmement importantes avec la Société canadienne des postes (SCP).

« Il s’agit véritablement de deux ententes historiques pour le STTP et Postes Canada », a déclaré Deborah Bourque, présidente nationale du STTP.

« L’entente de quatre ans visant les 48 000 travailleurs et travailleuses des postes permet de consolider la sécurité d’emploi au moyen de la récupération à l’interne de la livraison des colis. Elle assure la sécurité économique de nos membres en leur accordant une hausse salariale de 3 % protégée par une indemnité de vie chère et améliore, dans l’ensemble, les droits et les avantages sociaux de nos membres », a précisé Mme Bourque.

Le STTP obtient de très importantes améliorations pour ses membres en matière de santé et de sécurité. Tous les ans, un montant sera destiné à la formation en santé et sécurité, à des études et à l’élimination des dangers sur les lieux de travail. Grâce à des projets pilotes, les membres du STTP bénéficieront d’une hausse du nombre d’emplois de jour et de la mise en place d’une nouvelle semaine de travail de quatre jours pour les travailleuses et travailleurs de nuit. Actuellement, dans le secteur fédéral, les travailleurs et travailleuses des postes occupent le deuxième rang en ce qui a trait au taux d’accidents du travail. Les facteurs et factrices ont un taux d’accidents du travail cinq fois plus élevé que la moyenne des travailleurs et travailleuses du Canada.

L’entente conclue au nom des factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS) accorde à 6 000 travailleuses et travailleurs le statut d’employé de Postes Canada. L’entente garantit également aux FFRS d’importantes améliorations sur le plan des salaires et des avantages sociaux.

« Il s’agit d’un moment historique pour le mouvement syndical. Pendant plus de vingt ans, les travailleuses et travailleurs ruraux et suburbains ont livré le courrier pour des salaires de famine, alors qu’on refusait de leur accorder le droit de négocier collectivement », a expliqué Mme Bourque.

Les FFRS formeront une unité de négociation distincte de tous les autres employés et employées de Postes Canada représentés par le STTP. Ce groupe de travailleuses et travailleurs, dont plus des deux tiers sont des femmes, n’avait encore jamais bénéficié du droit de négociation collective. La majorité des FFRS touchaient des salaires de misère. Ils n’avaient pas d’avantages sociaux et leur sécurité d’emploi était minimale.

La prochaine étape sera de soumettre l’offre à l’approbation des membres lors de scrutins de ratification. Pour que l’entente soit ratifiée, la majorité des membres du STTP doivent se prononcer en faveur de son adoption.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes représente 48 000 membres qui travaillent en milieu rural et urbain; ce nombre comprend des travailleuses et travailleurs à plein temps, à temps partiel et temporaires.

-30-

Contacts :

Jiselle Griffith
communications STTP
(613) 222-3952

et

Denis Lemelin
2e vice-président, STTP
(613) 236-7238

jdg/jg/gbmap/gl
SCFP 1979
bt
SIEPB 225