Les téléphonistes dénoncent l'attitude de Bell dans le dossier d'équité salariale

Montréal, le 29 mai 2002– Les téléphonistes de Bell Canada, représentées par le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ), ont distribué, ce matin, une lettre d’information afin de sensibiliser les actionnaires de la compagnie BCE à leur cause sur l’équité salariale.

Les militantes ont d’abord tenté de distribuer le feuillet à l’entrée de la salle de réunion mais elles ont été rapidement invitées à quitter les lieux par les agents de sécurité. Le groupe s’est donc retrouver hors de l’édifice pour manifester. Une dizaine d’entre elles, de l’Ontario et du Québec, ont par la suite, assisté à l’assemblée en tant qu’actionnaire de Belle Canada. Elles ont profité de la période de questions pour rappeler aux dirigeants de BCE que les téléphonistes attendent toujours un règlement dans le dossier de l’équité salariale.

« On ne s’attendait pas à de grandes annonces. Effectivement, les dirigeants de BCE ne nous ont pas répondu. Mais nous avons réussi à passer notre message aux actionnaires et nous espérons les avoir sensibiliser à notre cause » a commenté Michel Ouimet, vice-président du SCEP-Québec.

Il faut rappeler que les plaintes déposées par les téléphonistes sont pendantes depuis plus d’une décennie en raison principalement des nombreuses objections présentées par les avocats de la compagnie. Pourtant une étude patronale-syndicale sur les emplois chez Bell Canada avait conclue que des millions de dollars étaient dus à son personnel féminin. « Bell a approuvé les résultats de l’étude. Pourtant, la compagnie continue de retarder l’acquittement de sa responsabilité en recourant aux mesures dilatoires », a dénoncé monsieur Ouimet.

Il y a une décennie, le SCEP représentait 7000 téléphonistes de Bell en Ontario et au Québec . Aujourd’hui, par suite de licenciements, des nouvelles technologies et de la sous-traitance, il ne reste environ que 400 d’entre elles au service de Bell. Le SCEP a bien l’intention de poursuivre la bataille en dénonçant publiquement la compagnie Bell Canada pour son inertie dans ce dossier.

Renseignements : Marie-Andrée L’Heureux, représentante, (514) 384-9000, poste 248.