Les syndicats enterrent la hache de guerre et travaillent à cimenter l’unité

Deux années mouvementées à la FTQ-Construction

Montréal, jeudi 6 mai 2010 – « Après des élections serrées, après deux années mouvementées et dans la foulée d’une médiation intensive de deux jours en présence de Henri Massé, les syndicats de la FTQ-Construction se sont entendus pour enterrer la hache de guerre et cimenter l’unité entre eux », a annoncé en conférence de presse le président de la FTQ-Construction, Yves Mercure.

Le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, a précisé, pour sa part, le mandat de conseiller spécial dévolu à son prédécesseur, Henri Massé, dans ce dossier.
Vous pouvez revoir la conférence de presse sur le site de Radio-Canada.

« À ma demande, Henri Massé a fait un travail de déblayage dans un premier temps pour identifier les dossiers litigieux et s’assurer de la collaboration de toutes les parties. Cette première étape a été complétée avec succès et nous passons maintenant à une étape de finition, pour reprendre le jargon du métier.

« Soyons clairs, la turbulence entre les syndicats de la FTQ-Construction a laissé des cicatrices profondes et il faudra des semaines, sinon des mois pour les soigner. C’est le travail du conseiller spécial d’y voir et de faire rapport au président de la FTQ dont il tient son mandat », a rappelé Michel Arsenault.

Les présidents de la FTQ et de la FTQ-Construction ont rappelé, par ailleurs, des batailles à venir comme celles de la représentation syndicale à la table des négociations dans la construction et le maintien de conditions de travail adéquates dans l’industrie, le renforcement de la santé et sécurité du travail.

« Nos membres dans la construction s’attendent de nous que nous nous acquittions de notre mission première de les représenter avec efficacité dans tous les forums où il est question de leurs conditions de travail. Dans ce cadre, c’est un non-sens qu’une entité comme la FTQ-Construction, qui représente plus de 44 % des travailleurs du secteur n’ait pas voie au chapitre à la table de négociation. Ce dossier sera traité en priorité », ont conclu MM. Mercure et Arsenault.

La FTQ est la plus grande organisation syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.