« Les syndicats doivent resserrer les liens à tous les niveaux et à l'échelle internationale » - Henri Massé, président de la FTQ

Hull, le 17 octobre 2001 – « Le resserrement des liens et l’accélération des échanges entre syndicats aux niveaux régional, national et international s’imposent plus que jamais pour introduire un ordre du jour social dans les discussions sur les grands accords d’échanges bilatéraux. La société civile doit également être partie prenante de ces discussions par l’entremise des organisations syndicales, notamment, et des organisations progressistes de nos sociétés », a déclaré M. Henri Massé, président de la FTQ, à l’occasion de la tournée pré-congrès des dirigeants de la centrale en Outaouais.

Les effets de la mondialisation au quotidien
Le congrès de la plus importante centrale québécoise, comptant plus d’un demi-million de membres, se tiendra du 26 au 30 novembre prochain, à Québec, sous le thème « Vers un syndicalisme sans frontières ». Quelque 1 200 délégués y sont attendus pour débattre notamment des effets de la mondialisation au quotidien, dans leurs milieux de travail, et dégager des pistes de solution concrètes face aux injustices sociales et aux iniquités engendrées par une certaine conception de l’économie qui évacuerait toute idée de justice sociale.

La FTQ a déjà noué des liens syndicaux solides
« Nous ne voulons pas démoniser la mondialisation mais, au contraire, nous déployons tous les efforts, notamment dans la suite du Sommet des peuples où plus de 30 000 membres de la FTQ ont manifesté, pour que la société civile fasse partie des discussions, pour que les syndicats et les organisations progressistes soient inclus dans le processus », a ajouté M. Massé.

Rappelant que la FTQ a déjà noué des liens solides tant avec l’AFL-CIO qu’avec les autres syndicats des Amériques, d’Afrique, d’Europe et d’Asie, notamment sous le chapeau de la Confédération internationale des syndicats libres (CISL), le président de la FTQ a insisté pour qu’on s’inspire d’expériences comme l’Europe sociale pour définir nos propres modèles.

L’intégration des jeunes
La question de l’intégration des jeunes dans les milieux de travail et dans les structures syndicales sera également à l’ordre du jour du congrès de la FTQ qui doit débattre d’un énoncé de politique jeunesse. « Cette question est d’autant plus importante à l’heure actuelle que ce sont pour la plupart des jeunes qui sont victimes de la véritable saignée d’emplois engendrée par les mises à pied massives ces jours-ci », a ajouté le président de la FTQ.

Les gouvernements doivent prendre leurs responsabilités
M. Massé profite également de cette tournée pour interpeller les gouvernements afin qu’ils fassent preuve d’un certain leadership face au ralentissement économique. « Il ne faut pas tout mettre sur le dos des attentats du 11 septembre, mais la réalité économique est là et il faut que les gouvernements prennent leurs responsabilités, notamment par l’accélération des grands programmes d’infrastructure », a conclu le président de la FTQ.