Les partis politiques présentent leurs positions en matière de retraite lors du Séminaire FTQ sur la retraite et les assurances collectives

Pas le temps de retraiter, agissons !

Une fois de plus, la participation était au rendez-vous au séminaire FTQ sur la retraite et les assurances collectives. Plus de 350 personnes ont assisté à la première journée de cette activité. Chercheuse à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques, Ève-Lyne Couturier a fait un portrait de la situation du système de retraite et de ses origines. Selon elle, le gouvernement fait fausse route en offrant les régimes volontaires d’épargne-retraite et devrait favoriser les solutions collectives.

Les partis présentent leur plateforme

Campagne électorale oblige, trois des quatre principaux partis politiques, soit le Parti Québécois, Québec solidaire et la Coalition Avenir Québec, ont présenté leurs positions en matière de retraite et ont également échangé avec les participants et participantes du séminaire. Le Parti libéral du Québec n’a pas cru bon dépêcher qui que ce soit pour venir exposer ses positions sur la retraite.

Agnès Maltais, ministre du Travail, s’est montrée favorable à une bonification du Régime de rentes du Québec (RRQ). Elle a également rappelé les principales lignes de son plan d’action ainsi que les principes qu’elle entend défendre, soit l’équité intergénérationnelle, la vérité des coûts, la protection des rentes des personnes retraitées et la capacité de payer des contribuables.

Pour Québec Solidaire, le co-porte-parole Andrés Fontecilla a expliqué que les retraites constituaient la bataille du siècle. Le parti privilégie les solutions collectives comme la bonification du RRQ. Selon lui, les régimes complémentaires doivent rester un complément et non la principale source de revenus à la retraite.

Quant à Stéphane Le Bouyonnec de la CAQ, il a mis l’accent sur l’impact des déficits des régimes de retraite sur la capacité de payer des contribuables. Le parti croit que les municipalités devraient pouvoir décréter les changements aux régimes de retraite après un an de négociations. En ce qui a trait à la bonification du RRQ, la CAQ ne croit pas que ce soit une option souhaitable.

Des nouvelles de la FTQ et du CTC

Le séminaire est également l’occasion de recevoir des nouvelles de la FTQ ainsi que du Congrès du travail du Canada (CTC). Marie-Josée Naud, conseillère à l’éducation, a démontré que le rapport D’Amours n’avait pas été complètement tabletté; le processus de restructuration des régimes à prestations déterminées en fait foi. Claude Grenier, coordonnatrice de la campagne Une retraite à l’abri des soucis, est venu faire le bilan des différentes propositions visant à améliorer le Régime de rentes du Québec. En ce qui a trait au Régime de retraite par financement salarial de la FTQ (RRFS-FTQ), le président du comité de retraite, Alain Poirier, a démontré qu’avec plus de 8 000 participants et participantes, ce régime a véritablement le vent dans les voiles. Sylvain Schetagne, directeur des politiques sociales et économiques du Congrès du travail du Canada, a discuté de la situation des régimes de retraite hors Québec.

À l’ordre du jour demain, une présentation sur les frais de gestion et notre panel des experts intitulé « La retraite : responsabilité collective ou individuelle ? ».

Consultez le programme du séminaire.