Les partis politiques fédéraux doivent s’engager fermement à faire respecter l’intégrité de la Loi sur la privatisation d’Air Canada

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

« En vendant les centres d’entretien de ses appareils,
Air Canada viole la Loi et cela doit être dénoncé haut et fort »
– Michel Arsenault, président de la FTQ

Montréal, le dimanche 10 avril 2011 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), réclame des engagements clairs et nets dans le dossier de la vente des centres d’entretien des appareils d’Air Canada à l’entreprise Aveos. « Cette décision n’a aucun sens et met en péril plusieurs milliers d’emplois qualifiés au Québec et ailleurs au pays. Air Canada doit être rappelée à l’ordre et les formations politiques en campagne électorale doivent s’engager clairement et fermement à défendre les emplois des travailleurs et des travailleuses d’Air Canada », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Air Canada viole la Loi

« Selon la Loi sur la participation publique au capital d’Air Canada, le transporteur doit conserver ses propres centres d’entretien général dans les villes de Winnipeg, Montréal et Toronto », a ajouté Marcel St-Jean, président de la section locale 1751 de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA).

« En vendant ses centres d’entretien à Aveos, Air Canada contrevient clairement à la Loi. Pire encore, elle favorise l’exode de milliers d’emplois hors du Canada », a poursuivi George Bujold, président général district des transports 140 de l’AIMTA.

« Pour la FTQ et le syndicat des Machinistes, le maintien des opérations de maintenance au Canada est également une affaire de sécurité pour l’ensemble des voyageurs en raison des compétences des travailleurs et des travailleuses de cette industrie. Par ailleurs, l’industrie aérospatiale étant un secteur de pointe particulièrement pour le Québec, il faut s’inquiéter que le transporteur puisse exporter librement ces emplois hautement qualifiés. De ce fait, Air Canada est un joueur important dans l’industrie et le gouvernement doit obliger cette dernière à respecter la Loi et à faire l’entretien de ses appareils par ses travailleurs et travailleuses », ont conclu les porte-parole de la FTQ et de l’AIMTA.

L’AIMTA est affiliée à la FTQ et figure parmi les plus importants syndicats ouvriers en Amérique du Nord et représente plus de 700 000 membres actifs et retraités et gère plus de 5 000 conventions collectives dans les industries des transports, du travail du bois, de l’aérospatiale et de la défense.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.
– 30 –