Les organisations syndicales appellent Ivanhoe Mines à se retirer de la Birmanie

www.investissementresponsable.com

www.investissementresponsable.com

À l’occasion de l’assemblée générale de l’entreprise minière canadienne Ivanhoe Mines, le 25 juin dernier, le Congrès canadien du travail (CTC) et la Federation of Chemical, Energy, Mine and General Workers (ICEM) ont pressé l’entreprise de mettre fin à son activité minière en Birmanie.

Selon le communiqué émis par les organisations syndicales, la mine exploitée par Ivanhoe, Monywa Cooper Mine, située au Sagaing, représente le plus important investissement étranger minier en Birmanie et elle a été associée à l’utilisation du travail forcé et à la dégradation environnementale dans les zones avoisinantes. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), près de 921 mille personnes ont été forcées de construire un chemin de fer connectant Monywa à la ville de Pakokku. La Birmanie a fait l’objet de condamnations internationales durant ces dernières années pour violations de droits de la personne, incluant le recours au travail forcé, à des persécutions de dissidents politiques, à la torture, etc.

Les organisations syndicales ont aussi lancé un appel aux investisseurs de l’entreprise qui, à la lumière de la poursuite contre Unocal pour complicité dans le recours au travail forcé en Birmanie, devraient prendre des mesures immédiates contre la présence de l’entreprise en Birmanie, afin de se préserver contre tous risques financiers.