« LES DISPARUS EN ALGÉRIE : LE DROIT DE SAVOIR »

Accueil

Drapeau de l'Algérie

Drapeau de l'Algérie

Le Peuple algérien vit depuis 10 ans une « sale guerre » qui a fait 150 000 à 200 000 morts. Pas moins de 7,200 disparitions forcées, des dizaines de milliers de personnes ont été torturées, violées, enlevées, massacrées par les groupes islamistes armés ou par les forces de sécurité Cette guerre se poursuit et la Kabylie est dans une situation chaotique. De nouveaux assassinats surviennent toutes les semaine.

La société algérienne toute entière est plongée dans une effroyable spirale de souffrance et de misère alors qu’une infime minorité, à l’ombre de la corruption des généraux du « cabinet noir », affiche une richesse insolente. Des millions de familles tentent de survivre, privées d’eau, de logements, d’emplois et d’espoir. Pourquoi cette haine et à qui profite de cette situation ? La communauté internationale a le droit de savoir et de permettre de lever le voile sur les disparus en Algérie.

Jeudi, 7 mars 2002 à 18h30
À la Maison de la Culture Côte des Neiges
5290, Chemin Côte des Neiges
Métro Côte des Neiges/Montréal
Information : 514 982-6606 poste 2252

Alternatives et l’Association des droits de la personne au Maghreb organisent une conférence – débat sur « LES DISPARUS EN ALGÉRIE : LE DROIT DE SAVOIR »

Conférencière :
Mme Nasséra Dutour
présidente Collectif des familles de disparu(s) en Algérie

Cette activité est parrainée par :
Alternatives, Droits et Démocratie, Association québécoise des organismes de coopération internationale, Centrale de l’enseignement du Québec, Confédération des Syndicats nationaux, Congrès du Travail du Canada, Fédération des femmes du Québec, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Amnistie Internationale – Section canadienne francophone, Ligue des droits et libertés, ATTAC Québec, Groupe de recherche et d’initiative pour la libération de l’Afrique, l’Association des étudiant(e)s de Laval inscrits aux études supérieures, Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes et l’Association des droits de la personne au Maghreb.