Les 340 salariés de la raffinerie Shell à Montréal adhèrent à un syndicat de la FTQ, le SCEP

M. Joseph Gargiso, vice-président administratif du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) au Québec

M. Joseph Gargiso, vice-président administratif du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) au Québec

Montréal, le 15 février 2004 – Les quelque 340 salariés de la raffinerie Shell dans l’Est de Montréal viennent d’adhérer au Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP), affilié à la FTQ, annonce M. René Roy, secrétaire général de la centrale. M. Roy souhaite la bienvenue à ces nouveaux membres qui font maintenant partie du plus grand syndicat de l’industrie pétrolière et pétrochimique au Québec et au Canada.

Le SCEP représente également les 280 salariés de la raffinerie Pétro-Canada à Montréal, ainsi que les 250 salariés de Pétromont à Montréal et à Varennes, indique M. Joseph Gargiso, vice-président administratif du syndicat au Québec. M. Gargiso ajoute que le SCEP représente quelque 10 000 salariés de l’industrie pétrolière et pétrochimique au Canada. Le syndicat négocie actuellement en leur nom un contrat de travail type modelé sur celui conclu récemment avec la compagnie Suncor de Calgary.

Pour le président du syndicat local chez Shell à Montréal, M. Jean-Claude Rocheleau, il était devenu indispensable que les salariés qu’il représente se joignent aux autres syndiqués de Shell membres du SCEP, en Ontario et dans l’Ouest canadien, afin de se donner une meilleure position de négociation avec la compagnie. M. Rocheleau trouve également important l’adhésion à la FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise.