Le SEPB devient autonome

Le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB) a dit adieu à son parrain américain, en juin dernier. Le SEPB canadien acquiert ainsi son entière autonomie. La FTQ et le Congrès du travail du Canada (CTC) avaient accordé leur plein appui au SEPB dans sa démarche.

Cette réaction des instances canadiennes où le Québec compte plusieurs représentants, a fait suite, entre autres, à une décision de hausser la cotisation versée au syndicat international qui devait être déposée au congrès de juin 2004. Elle était précédée d’une campagne massive d’appui auprès des membres québécois et canadiens.

D’autres propositions de la part des représentants américains auraient changé la donne. « Ces propositions modifiaient radicalement la capacité des syndiqués canadiens de participer à la vie démocratique du SIEPB et de prendre part aux décisions les concernant », a indiqué Serge Cadieux, vice-président de la FTQ et directeur du SEPB-Québec qui représente plus de 12 000 des quelque 30 000 membres du syndicat au Canada.

Aujourd’hui, 70 % des affiliés du CTC sont des syndicats canadiens comparativement à 30 % il y a vingt ans.