Le retard de rémunération des employés de l’État est toujours aussi grand, constate le Front commun

Rapport de l’ISQ

Montréal, le 27 novembre 2014 – Le retard de rémunération qu’accusent les employés du secteur public par rapport aux autres travailleurs québécois demeure toujours aussi grand, constate le Front commun. Malgré un faible recul jugé non significatif par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans son rapport rendu public aujourd’hui, cet écart se situe maintenant à 7,6 % de la rémunération globale, et ce, pour des emplois comparables et en tenant compte de l’ensemble des avantages sociaux.

« Année après année, nous ne pouvons que constater la cristallisation d’un retard salarial qui n’aide en rien le recrutement et le maintien de la main-d’œuvre au sein des services publics québécois, déplore Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN. Les femmes, qui représentent 75 % de la main-d’œuvre du secteur public, sont directement touchées par cette discrimination salariale. Le gouvernement doit saisir l’opportunité offerte par l’actuelle négociation du secteur public pour répondre une fois pour toutes à ce problème criant. Alors que 15 000 employés des réseaux de la santé, de l’éducation et des organismes gouvernementaux prendront annuellement leur retraite au cours des prochaines années, le gouvernement ne peut rester inactif face aux importants problèmes de rétention et d’attraction de la main-d’œuvre entrainés par cette rémunération qui, certainement, date d’une autre époque. »

Alors que le retard de rémunération touche une vaste majorité de titres d’emploi, certains sont dans une situation beaucoup plus préoccupante que d’autres. « Essayez d’aller convaincre une technicienne en génie ou un concierge de venir travailler pour l’État québécois quand ces personnes peuvent gagner de 33 à 35 % de plus ailleurs dans le secteur privé, s’inquiète Lucie Martineau, porte-parole du Secrétariat intersyndical des services publics. Ce n’est pas étonnant qu’en raison des problèmes de rareté de main-d’œuvre, les établissements publics doivent se rabattre à la sous-traitance dans une multitude de secteurs. Mais ce recours au secteur privé coûte deux fois plus cher aux contribuables, et ça, il faut le rappeler! »

Le retard constaté pour la rémunération globale des ouvriers spécialisés du secteur public s’est considérablement dégradé, souligne Daniel Boyer, président de la FTQ. « C’est rendu que les électriciens, les plombiers et les menuisiers responsables de l’entretien de nos établissements reçoivent 37,3 % de moins que ce qui se paye dans le marché! Ce n’est pas des farces, le gouvernement semble tout mettre en œuvre pour faire fuir l’expertise de nos réseaux et ouvrir toutes grandes les portes à la privatisation de nos services! »

Le représentant syndical dénonce le fait que les plafonds des échelles salariales du secteur public soient nettement inférieurs à ceux du reste du marché. « Pour les catégories d’emploi professionnels, techniciens et employés de bureau, les maximums normaux des échelles salariales accusent un retard allant de 10 à 18 %. Encore une invitation toute grande aux travailleuses et aux travailleurs du secteur public d’aller travailler ailleurs pour améliorer leurs conditions de travail en milieu de carrière! », déplore M. Boyer.

Lucie Martineau rappelle que les demandes salariales déposées par le Front commun, le
30 octobre dernier, visent principalement à assurer la parité en matière de rémunération avec l’ensemble des autres travailleurs québécois. « Notre demande est simple : 2 % par année pour combler graduellement le retard salarial, 2 % pour le maintenir en cours de convention et nous protéger contre la hausse du coût de la vie et un 0,5 % pour bénéficier, nous aussi, de l’enrichissement collectif. Nos demandes ne sont pas « déconnectées » de la réalité, mais bien collées sur ce que l’ISQ nous rappelle encore une fois aujourd’hui, à savoir que les employés de l’État québécois sont sous-payés par rapport aux autres travailleurs québécois. »

« Et comme M. Coiteux semble bien soucieux d’identifier des pistes d’économies, nous avons fait une partie du travail à sa place, poursuit Francine Lévesque. Nous avons identifié trois chantiers qui pourraient nettement améliorer la gestion de nos services publics : réduire la précarité d’emploi, qui touche 35 % de nos membres, contrer le recours à la sous-traitance et la privatisation des services publics et stopper l’érosion de l’autonomie professionnelle de nos membres. Ces trois enjeux sont source d’un gaspillage et d’un mal-financement importants de nos services publics. »

« Lorsque le gouvernement a créé l’ISQ, il avait pour but de démontrer que les employés du secteur public étaient surpayés, rappelle Daniel Boyer. Maintenant qu’il est clairement établi que nous sommes sous-payés, il est plutôt désolant que les employeurs tentent aujourd’hui de se servir des données de l’ISQ pour niveler par le bas les conditions de travail de l’ensemble des travailleuses et des travailleurs québécois », s’inquiète le président de la FTQ.

À propos

Le Front commun regroupe le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l’APTS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Ensemble, ces organisations représentent plus de 400 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public viendront à échéance le 31 mars 2015.