« Le respect des communautés et de l’environnement : un impératif incontournable » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Gaz de schiste : la FTQ accueille favorablement le rapport du BAPE

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Montréal, le mardi 8 mars 2011 – C’est avec satisfaction que la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), accueille le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) recommandant de procéder à une évaluation environnementale stratégique de l’industrie des gaz de schiste avant d’aller plus de l’avant. Du même coup, la FTQ salue l’engagement du gouvernement à y donner suite.

« Nous sommes particulièrement contents du cadre suggéré par le BAPE afin que cette évaluation scientifique prenne en compte le respect des communautés et de l’environnement, dans la perspective du développement durable. Il s’agit là d’un impératif incontournable », a souligné le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Lors de sa présentation devant la Commission du BAPE en novembre dernier, la FTQ a rappelé que plusieurs études internationales sont en cours et qu’il serait intéressant d’en examiner les conclusions. On pense par exemple aux travaux d’un groupe de recherche de l’État de New York et à ceux de l’Environmental Protection Agency. Cela devrait faire partie du mandat du comité appelé à réaliser l’évaluation environnementale stratégique.

La FTQ s’interrogeait du même coup sur les retombées économiques de l’exploitation des gaz de schiste : à qui doivent profiter les richesses qui sont la propriété collective des citoyens du Québec? « Pour la FTQ, la réponse à cette question ne peut faire abstraction de la nécessaire création d’emplois de qualité et de la richesse collective de la société québécoise. Elle passe également par une révision en profondeur du système de redevances », a ajouté le président de la FTQ.

Enfin, la FTQ demandait de promouvoir l’actualisation de la Loi des mines qui, depuis 1880, a jeté les bases du système actuel d’exploitation des ressources qu’on appelle ‘’claim’’, dans lequel le droit minier prime sur les autres vocations du territoire. « La période d’études et d’évaluation recommandée par le BAPE constitue pour le gouvernement une chance en or de moderniser cette loi », a conclu Michel Arsenault.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.