Le privé en santé : plus cher, moins performant et synonyme de discrimination

Campagne conjointe CSN-FTQ en santé

Photos de la conférence de presse.

Crédit: Alain Chagnon

Montréal, jeudi 20 décembre 2007 – La Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) lancent pour la période des fêtes et le début de 2008 une vaste campagne publicitaire conjointe pour un système public de santé accessible et de qualité, contre les assauts des partisans de la commercialisation et de la privatisation dans la santé. Des panneaux publicitaires sur les principaux axes routiers inviteront la population à signer en ligne une pétition à cet effet au www.votezsante.com« >www.votezsante.com

Un rapport rédigé derrière des portes closes

« Ce n’est pas un hasard si on lance cette campagne conjointe aujourd’hui. C’était la date prévue de la remise du Rapport Castonguay sur le financement de la santé, dont les travaux se sont tenus derrière des portes closes sur des enjeux importants qui concernent pourtant toutes les Québécoises et tous les Québécois.

« Nous ne voulions surtout pas que le débat sur le système public de santé ne s’endorme entre la dinde et les atocas », ont fait valoir la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, et le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Augmentation exponentielle des coûts d’assurance

« On a à Québec un ministre de la Santé qui fait semblant de questionner sinon la légalité du moins le caractère déontologique de l’ouverture à vitesse grand V de cliniques privées qui viennent siphonner les ressources publiques.

« On a des compagnies d’assurances qui se bousculent au portillon et salivent devant le pactole promis par des primes qui ont augmenté de façon exponentielle ces dernières années. Nous devons mettre un terme à ces assauts contre notre système de santé public », ont ajouté les leaders syndicaux.

Apprendre de l’expérience désastreuse de nos voisins du Sud

« Les directions de la santé publique le disent, les chercheurs en administration de la santé le disent, l’OCDE l’écrit et même certains employeurs commencent à le réaliser : un système de santé public, accessible et universel constitue un atout dans notre société et le privé, tout en coûtant plus cher et en étant moins performant, est synonyme d’exclusion et de discrimination.

« Allons-nous devoir passer à travers l’expérience désastreuse de nos voisins du Sud, qui veulent d’ailleurs avoir accès à un système universel, pour que nos gouvernants comprennent le bon sens et cessent d’être guidés par des prémisses idéologiques qui ne reposent sur rien sinon sur le profit? », ont questionné Mme Carbonneau et M. Arsenault.

Les deux centrales, qui comptent à elles seules plus de trois quarts de million de membres au Québec, entendent répondre coup pour coup aux arguments démagogiques avancés par les partisans du privé et plus particulièrement à la sortie du Rapport Castonguay en février.

Non à toute discrimination fondée sur la capacité de payer
« On ne parle pas ici d’un quelconque litige commercial ou de la couleur des bulletins de vote pour la prochaine élection, on parle de la santé des Québécoises et des Québécois. On parle de l’accès à des soins de qualité pour tous sans discrimination fondée sur la capacité de payer.

« Les solutions aux problèmes de notre système de santé sont là, sous nos yeux, dans le système public. Il suffit d’avoir le cran de les mettre de l’avant. L’enjeu est trop important pour qu’on laisse la patinoire à quelques marchands d’illusions dont la seule motivation est de faire le commerce de la santé », ont conclu Claudette Carbonneau et Michel Arsenault.

Rappelons que les panneaux de la campagne conjointe CSN-FTQ en santé seront visibles à compter du 26 décembre sur les principaux axes routiers du Québec.

-30-

Source : CSN et FTQ
Renseignements : Michelle Filteau, CSN, 514 894-1326
Louis Cauchy, FTQ, 514 235-3996