Le péage envisagé sur l'autoroute 30 : une aberration

Henri Massé, président de la FTQ et Christian Vincent, membre e la section locale 1500 du SCFP chez Hydro-Québec

Henri Massé, président de la FTQ et Christian Vincent, membre e la section locale 1500 du SCFP chez Hydro-Québec

Un membre de la section locale 1500 du SCFP chez Hydro-Québec lance une campagne pour faire échec au projet de péage sur l’autoroute 30. Christian Vincent en a contre l’idée de pénaliser la population de la rive sud-ouest de Montréal qui est déjà aux prises avec le chômage et les fermetures d’usines.

«Les gouvernements se sont succédés en promettant la 30. Ils ont une dette envers nous. Nous avons payé, avec nos impôts, la taxe sur l’essence, l’immatriculation et les permis de conduire, année après année, notre part des infrastructures de transport au Québec. Et maintenant que c’est à notre tour, on veut nous faire payer encore. C’est une aberration !»

Christian Vincent lance un appel à la mobilisation contre ce projet du gouvernement Charest qui ne vise «qu’à enrichir les petits amis du Parti libéral. Parce que les partenariats publics-privés, dit-il, visent à enrichir un petit groupe et à repousser les factures aux générations futures, puisque nous devrons racheter la route plus tard et payer encore.»

20 $ le 100 km ?
Il donne comme exemple les coûts d’utilisation d’une autoroute privée en Ontario, la 407 à Toronto. Avant l’augmentation prévue en février 2005, voici ce qu’il en coûtait à un automobiliste : 0,1395 $ du km + 2 $ par mois de frais + 3,35 $ du déplacement pour le système vidéo. Se basant sur les mêmes tarifs, il en coûterait environ 20 $ pour un aller-retour de 110 km entre Châteauguay et Vaudreuil. Sans compter que cette voie de contournement payante inciterait bon nombre d’automobilistes à emprunter en plus grand nombre les autoroutes gratuites de l’île de Montréal.

«C’est très loin du 0,25 $ qu’on payait lorsque le péage existait sur la 10. Ça fait plus de 40 ans qu’on attend la 30 dans la région. Alors là, on la veut sans péage», conclut celui qui a initié cette campagne par ses seuls moyens. Il invite la population à visiter le site www.la30sanspeage.dyndns.info , à signer la pétition qui sera mise en circulation chez les marchands locaux ou à communiquer avec christianvincent@videotron.ca .

Une aberration – Péage autoroute 30

Seulement les citoyens du sud-ouest (soit le tronçon Châteauguay/Vaudreuil) devront payer pour utiliser la 30 alors que nulle part au Québec, il y a des postes de péage sur les autoroutes. Ceci est un affront à une région déjà frappée par le chômage et la fermeture de plusieurs usines à cause qu’il n’existait pas d’axe routier.

Les gouvernements se sont succédés, mandat après mandat, en promettant la 30. Les gouvernements sont EN DETTE ENVERS NOUS. Nous, sud-ouest, avons payé avec nos impôts, taxe sur l’essence, plaques et permis de conduire, années après années, toutes les infrastructures de transport de la province et du Canada. Et maintenant que c’est à notre tour, vous voulez, chers élus, que l’on paye encore.

Citoyens du sud-ouest, nous devons nous unir contre cette aberration que le gouvernement libéral veut nous faire avaler et surtout d’enrichir les petits amis du parti. Parce que les partenariats publics privés, c’est d’enrichir un petit groupe et de repousser les factures aux générations futures puisque nous devrons l’acheter dans 30 ans et donc payer encore.

Le ministre Marcoux ne peut se prononcer sur les coûts de passage, bien sûr, puisque le privé devra charger des prix exorbitants pour que ce soit rentable. Nous serons très loin du fameux 0,25$ que l’on payait lorsque le péage existait.

CELA FAIT PLUS DE 40 ANS QU’ON ATTEND, ALORS LA 30, ON LA VEUT SANS PÉAGE.

N.B. A titre d’exemple, voici les coûts d’utilisation d’une autoroute privée, soit la 407 à Toronto : 0,1395$ du km + 2,00$ par mois de frais + 3,35$ du voyage pour le système vidéo. Donc, un aller-retour Château/Vaudreuil, soit 110 km, coûterait à l’utilisateur 20,70$.