« Le Parti libéral doit changer ses orientations ou laisser la place » – Raymond Forget, président du SQEES – 298 et vice-président de la FTQ

Raymond Forget, président du SQEES-298 et vice-président de la FTQ

Raymond Forget, président du SQEES-298 et vice-président de la FTQ

Montréal le 12 février 2004 – « La stratégie du gouvernement Charest est de réaliser sa réforme en un an en pensant que la population en aura oublié les effets négatifs. Notre objectif sera aussi de lui montrer que nous n’avons rien oublié.

« Mais qui plus est, nous devrons le talonner publiquement pour que la population se souvienne, elle aussi, que ce gouvernement n’a pas tenu ses promesses électorales et qu’il a outrepassé ses mandats », a déclaré M. Raymond Forget, président du Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298-FTQ) et vice-président de la FTQ à l’occasion du débat sur le plan d’action adopté par les quelque 300 participants au Conseil général du syndicat, hier à Montréal.

Un message bien senti au gouvernement Charest

Dans un message bien senti au gouvernement Charest, le président du SQEES–298 (FTQ) a rappelé que « dans notre syndicat, la mémoire est une faculté qui n’oublie pas… surtout quand il s’agit de nos conditions de travail, du droit de choisir notre syndicat, de nos conditions de vie, de nos acquis sociaux et de la paix sociale.

« Vous étiez prêts. La population n’a jamais imaginé tout le grabuge que vous feriez rendus au pouvoir. Maintenant elle le sait. Nous serons là, à chaque tournant, pour le lui rappeler », a ajouté Raymond Forget.

Les 45 000 membres FTQ dans la santé appelés à se prononcer

Comme l’ont fait leurs collègues du SCFP la semaine dernière, les personnes déléguées du SQEES– 298 (FTQ) ont voté à l’unanimité un plan d’action pour contrer les effets des lois adoptées sous le bâillon par Québec au mois de décembre. Les personnes déléguées ont également adopté, dans une proportion de 95 %, une résolution afin d’aller consulter leurs quelque 25 000 membres sur la grève générale.

À ce jour ce sont donc les représentants de quelque 45 000 membres de la FTQ dans la santé qui retournent à la base pour faire entériner leurs plans d’action respectifs. Rappelons qu’au nombre des actions envisagées figure le dépôt unique de revendications locales pour contrer les effets de la loi 30 dans les différents établissements.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.