Le mouvement de syndicalisation dans l'aluminium se poursuit Les travailleurs de l'Alcan à Grande-Baie adhèrent au Syndicat des Métallos (FTQ)

Au centre, Michel Arsenault, directeur québécois du Syndicat des Métallos (FTQ) et Henri Massé, président de la FTQ

Au centre, Michel Arsenault, directeur québécois du Syndicat des Métallos (FTQ) et Henri Massé, président de la FTQ

Saguenay, le 2 octobre 2003 – Après les 800 travailleurs de l’usine de la compagnie Alcan à Alma, c’est au tour des 450 travailleurs de l’Usine Grande-Baie, à La Baie (Saguenay), d’adhérer au Syndicat des Métallos (FTQ).

« La situation évolue très rapidement dans le secteur de l’aluminium à l’échelle planétaire. L’achat de Péchiney par Alcan est l’exemple le plus récent. Il n’est plus possible de négocier efficacement avec ces multinationales sans regrouper nos forces », a déclaré M. Henri Massé, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

M. Michel Arsenault, directeur québécois du Syndicat des Métallos (FTQ) a souhaité la bienvenue aux travailleurs de l’Usine Grande-Baie de l’Alcan. « Notre priorité est désormais d’équiper nos nouveaux membres afin qu’ils définissent leurs priorités, qu’ils contrôlent leur vie syndicale, qu’ils défendent leurs emplois et qu’ils créent le rapport de force nécessaire pour négocier une bonne convention collective. Ils seront convoqués à une assemblée générale le 10 octobre afin d’élire leur comité exécutif syndical et enclencher le processus de négociation ».

Conférence mondiale de l’aluminium en fin de semaine à Montréal

Le leader syndical a aussi annoncé la tenue d’une conférence mondiale sur l’aluminium à Montréal en fin de semaine à compter de dimanche à l’Hôtel Wyndham, Place Desjardins. Initiée par les Métallos en collaboration avec la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie (FIOM), cette conférence réunit des délégués de 20 pays afin de discuter de la mise sur pied d’un Conseil mondial des travailleurs du secteur de l’aluminium. « Il faut aller de l’avant car cette industrie connaît et connaîtra des chambardements majeurs. Les enjeux sont mondiaux. La riposte syndicale doit être également mondiale », affirme Michel Arsenault.

Grande campagne de recrutement dans les alumineries

L’adhésion des travailleurs de l’Usine Grande-Baie de l’Alcan s’inscrit dans une grande campagne de syndicalisation du Syndicat des Métallos (FTQ) dans toutes les alumineries au Québec. C’est ainsi qu’une campagne de recrutement est actuellement en cours auprès des travailleurs de l’aluminerie Alouette à Sept-Îles. « Un momentum syndical en faveur des Métallos s’est créé dans ce secteur au Québec. C’est normal. Il faut que les travailleurs s’unissent s’ils veulent protéger et améliorer leurs emplois et leurs conditions de travail. Tous les bouleversements dans cette industrie l’exigent », a expliqué le directeur des Métallos québécois.

Il a conclu en incitant les travailleurs et leurs syndicats affiliés à la Fédération des syndicats du secteur de l’aluminium (FSSA) à adhérer au Syndicat des Métallos (FTQ). Ils se sont associés au Syndicat des Métallos (FTQ) en 1996 et doivent décider cet automne s’ils adhèrent au Métallos. « La mondialisation, conclut Michel Arsenault, nécessite une présence syndicale forte au Québec, en Amérique du Nord et dans le monde. Seuls les Métallos peuvent donner cette possibilité. Ils représentent déjà plus de 40 000 travailleurs dans le secteur de l’aluminium en Amérique du Nord ».